Mohamed Zinelabidine, ministre des Affaires Culturelles, a déclaré, aux médias que son département a mis fin à la collaboration de « certaines personnes appartenant aux lobbies, ayant des relations suspectes ou toute personne ayant tiré profit de son poste au sein du ministère ».

Le ministre s’exprimait à l’ouverture du 4ème Congrès national de lutte contre la corruption, dimanche à la Cité de la Culture à Tunis.

Ce congrès annuel, placé sous le signe « La lutte contre la corruption, un processus participatif », est organisé les 8 et 9 décembre, par l’Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC).

Zinelabidine a indiqué que la corruption est un phénomène qui « touche à tous les secteurs culturels et couvre le cinéma, le théâtre, les arts plastiques, la traduction ainsi que certains festivals ».

Il a fait savoir que certains dossiers ont été transférés aux instances spécialisées pour mener leur enquête, tout en estimant « important de réduire le favoritisme ».

S’agissant de la collaboration entre son département et l’INLUCC, il a déclaré qu’une convention de partenariat a été signée entre ces deux parties publiques, faisant savoir que « des structures spécialisées gérées par des experts en ressources humaines relevant du ministère veillent à lutter contre ce fléau ».

Il a annoncé qu’un nouveau code de conduite est en cours d’élaboration en vue d’assurer la bonne gestion et la gouvernance des ressources financières gérées par les institutions relevant du ministère des Affaires Culturelles.

Le ministre a mis le point sur la nature du travail au sein de son département qui diffère de celui des autres ministères, précisant que la démarche adoptée repose sur la négociation directe avec les divers acteurs et créateurs culturels.

Il a notamment relevé les critères de financement attribués à telle ou telle oeuvre, ce qui commande de développer les mécanismes nécessaires qui garantissent un choix équitable au niveau des divers comités de sélection et d’achat de spectacles.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire