Jalel Kadri a mené son équipe vers la victoire à Sfax. La solidité des Stadistes est de retour.


Tenu en échec par l’USBG sur sa propre pelouse lors de la précédente journée, le Stade Tunisien s’est bel et bien remis en reprenant non seulement la confiance, mais aussi le chemin des victoires. Concentrés et bien déterminés à rentrer la caisse pleine, les Bardolais ont prouvé leur aisance loin du stade Hédi Ennaifer. D’un match à un autre, l’empreinte offensive de Kadri s’affiche. En comptant toujours sur un jeu animé les couloirs, les passes courtes et surtout la construction rapide menée par Hadda et Ait Malek, le Stade Tunisien est arrivé à créer le danger face à l’adversaire.

Bien qu’on ait assisté à un rythme de jeu souvent interrompu par des déchets techniques, la volonté de jouer un football digne des deux grands clubs fut présente. La défense de Fethi Jebal n’a pas encaissé de buts depuis 3 matches, une statistique qui paraissait mettre en péril l’attaque du Stade Tunisien et maintenir même les résultats moyens de Kadri.

Une avance bien gérée
Les doutes se sont dissipés après cette victoire intelligemment gagnée. Grâce au matraquage de contre-attaques infligé à une défense sfaxienne qui n’a pas su assez vigilante aux 18 mètres, les Stadistes ont pu profiter des gaffes de leur adversaire pour rencontrer les filets. Plus que les deux buts des protégés de Jalel Kadri, c’est la faculté de gérer cette avance et de ne pas plier derrière, qui est à retenir. Une copie très intéressante et une victoire face au leader, ce n’est pas quelque chose de négligeable.
Les Bardolais remontent donc à la 4e place du classement avec 18 points en brisant une malédiction qui les empêchait de gagner au Taieb Mhiri depuis 14 ans en attendant le prochain match face aux Etoilés à Hédi Ennaifer. Pour le moment, retour au cycle positif.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire