L’Association pour la sauvegarde de l’île de Djerba (ASSIDJE) a organisée samedi une tournée pour les médias dans trois monuments religieux sur l’île restaurés dans le cadre d’un projet de partenariat tuniso-suisse.

Mosquée Sadwikis, avant la restauration
Mosquée Sidi Yati, avant la restauration

Sidi Yati à Guellala avant la restaurationLa tournée a couvert les mosquées souterraines de style ibadite, à savoir Sadwikis, El Berdaoui à Mezrane et Sidi Yati à Guellala, qui ont été restaurées par cette association qui oeuvre à la sauvegarde et la promotion du patrimoine de l’île.

Ces travaux ont été effectués sous la supervision de l’Institut national du Patrimoine (INP) moyennant des financements suisses.

Il s’agit de la première étape des travaux de restauration et d’aménagement en prévision de nouveaux travaux qui seront effectués dans d’autres sites de l’ile, en partenariat avec Swiss Contact.

Les divers monuments cités ont subies un aménagement minutieux en vue d’introduire dans le circuit touristique et culturel d’un patrimoine religieux « unique » existant sur l’ile, selon les estimations des chercheurs et historiens.

Mehdi Louati, président de l’Association, a relevé la particularité architecturale de ces mosquées souterraines qui, dit-il, ont repris leur charme d’antan après avoir étaient sujettes aux aléas du climat et du temps, sans épargner les violations humaines.

Il a estimé important de trouver les mécanismes adéquats pour la protection, la sauvegarde et la valorisation de ces monuments, préconisant de repenser les moyens de gestion qui garantissent la pérennité de ces lieux de culte.

A cet égard, il a cité l’appel adressé aux parties intervenantes, à savoir le ministère du Tourisme et de l’Artisanat, l’Agence de mise en valeur du patrimoine et de promotion culturelle (Amvppc), la société civile et la municipalité de la région, en vue de donner une dimension touristique et le bon usage de ce projet dans le cadre d’un effort commun.

Nacer Bouabid, secrétaire général de l’Association, a insisté sur la poursuite de travaux mettant en garde contre une possible « interruption des travaux comme par le passé ».

Le représentant de Swiss Contact Tunisie, a évoqué un projet qui s’inscrit dans le cadre d’un large programme dédié au tourisme culturel dans le sud couvrant la zone du Mont Dhaher entamé il y a des années et se poursuivra encore quatre ans et demi.

Il a cité plusieurs partenaires opérant dans le secteur du tourisme qui interviennent dans la mise en place de projet de partenariat tuniso-suisse pour la valorisation d’un patrimoine historique unique afin qu’il soit intégré dans le circuit touristique.

L’ultime but est de faire de l’île une destination, pour le tourisme culturel qui sera complémentaire au traditionnel produit touristique dans l’île », a encore dit le partenaire suisse.

Il a évoqué les préparatifs en cours pour la diffusion d’un guide des monuments et sites historiques. Il annonce que ce guide sera fin prêt en 2020 en version papier et web à travers la création d’un site sur Djerba spécialement dédié à ce volet pour la promotion de l’île, comme destination labélisée sur l’espace méditerranéen.

Hicham Mehouachi, délégué régional du tourisme à Médenine, espère voir affluer des touristes tout au long de l’année pour cette destination capable de rivaliser et attirer une clientèle ayant un pouvoir d’achat assez élevé.

Citant des données émises par l’organisation internationale du tourisme (OIM), le responsable dit que 32 pc de touristes dans le monde manifestent un intérêt particulier pour le tourisme culturel.

Le délégué régional du tourisme a estimé important de sécuriser ces monuments de haute importance historique et culturelle tout en offrant le confort requis pour les visiteurs. Une suggestion qui rejoigne celle de Najla Labiadh, représentante régionale de l’amvppc et Messaoud Ben Hadid, président de la municipalité d’Ajim Djerba.

Ils prônent l’adoption d’une stratégie de gestion où se conjuguent les efforts de toutes les parties intervenantes dans la promotion du patrimoine de l’île.

Crédit Photo: Page officielle Association pour la sauvegarde de l’île de Djerba

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

2 Commentaires

  1. Liberte

    15/12/2019 à 08:54

    Ce genre de mosquées Abadites se trouvent hélas un peu partout en Tunisie mais les touristes sont plus nombreux à Djerba, alors on restaure que celes là et dommage pour les autres

    Répondre

  2. Baccar Mounira

    16/12/2019 à 01:48

    Et où se trouvent les autres mosquées ibadhites?

    Répondre

Laisser un commentaire