Oussama Aouidet, membre du bureau politique du mouvement « Echaab », a indiqué que le conseil national du parti tranchera, ce dimanche, la question de sa participation ou non au futur gouvernement.

Le mouvement « Echaab » n’a pas l’intention de faire uniquement de la figuration et compte bien jouer un rôle en tant que partie prenante, a-t-il indiqué, samedi, à l’agence TAP.

Lors de la rencontre, vendredi, avec le chef du gouvernement désigné, le mouvement « Echaab » a insisté sur « l’exigence de clarté » du futur gouvernement qui, d’après lui, doit être « partisan et de coalition ».

Le mouvement « Echaab », a-t-il ajouté, est attaché à certaines priorités dans l’action gouvernementale, dont la non-cession des entreprises publiques, l’annulation des dispositions relatives à l’indépendance de la Banque centrale de Tunisie et la régularisation de la situation des enseignants-chercheurs, des instituteurs suppléants et des travailleurs de chantier.

Pour « Echaab », ce qui importe plus que tout, c’est « celui qui va gouverner, comment va-t-il procéder et quel sera son programme », a-t-il dit, relevant que son parti s’intéresse surtout aux ministères qui ont un impact direct sur la vie des citoyens, tels les départements l’Agriculture, l’Industrie et le Développement.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire