La situation sécuritaire en Libye est instable depuis longtemps. La présence des Libyens dans la ville de Zarzis est manifeste ces jours-ci.

A longueur de journée, des voitures libyennes cherchent des maisons à louer. Il ne s’agit pas comme avant d’hôtes venus pour se faire soigner ou pour faire les emplettes et rentrer ou des touristes, mais plutôt de citoyens qui fuient le sol libyen en raison de l’insécurité. Certains installent leurs grands-parents et leurs petits enfants dans une maison et rebroussent chemin.

Les deux postes frontaliers Ras Jédir à Ben Guerdane et Wazen à Tataouine connaissent une activité intense  jour et nuit. D’après une source sécuritaire à Ras Jédir, «Des familles entières libyennes affluent en grand nombre, ces derniers jours» beaucoup plus qu’avant. Des ambulances aussi. Ces voitures sont prioritaires parce qu’elles transportent des malades ou des blessés. La fouille est minutieuse pour les autres voitures .Le délai d’attente peut atteindre 8 heures. «C’est la guerre à Tripoli, observe Haj Mabrouk qui habite dans la capitale  libyenne avant d’ajouter : «Rester sur place, c’est risqué et la situation s’aggrave de jour en jour».

Le long de la frontière, garde-côtes et forces armées sont présents en grand nombre et sont sur le qui-vive.

 

Dhaou MAATOUG

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire