La cargaison de 250 mille tonnes de blé contaminé arrivée en Tunisie, en août dernier, provient de l’Ukraine et non de la Bulgarie, et ce contrairement, aux allégations des autorités, a affirmé jeudi, l’ancienne inspectrice du service de contrôle sanitaire aux frontières (au port de Sousse), Nawel Mahmoudi.

Les tentatives visant à dissimuler l’origine du blé, illustrent la crainte des autorités de la présence de traces de radiations nucléaires liées à l’accident de Tchernobyl, a-t-elle ajouté, lors d’un point de presse tenu, à Sfax, en présence d’un certain nombre de députés et de représentants de la société civile.

Mahmoudi qui avait évoquée auparavant, cette affaire, a noté que la cargaison de blé contaminé n’a pas été retournée au pays exportateur mais distribuée au profit de certaines parties, dont le ministère de l’Agriculture, et ce, contrairement aux informations erronées diffusées par les autorités publiques.

Mahmoudi a précisé avoir détecté une mauvaise odeur provenant de la cargaison arrivée le 25 août 2019, outre la couleur noire de la marchandise, exprimant son étonnement de l’indulgence dont ont fait preuve de la direction du port et les services de l’agriculture et de la santé.

Elle s’est interrogée également, sur deux incendies ciblant la récolte du blé survenus au cours de la saison de moisson, et plus précisément durant la période d’attente passée en mer par les deux navires transportant les cargaisons du blé importé.

Et d’ajouter que certains opérateurs au service du contrôle aux frontières maritimes ne disposent pas des cartes professionnelles, notant la perte des archives relatives à 10 ans d’activités du port et trois cas dedécès suspects survenus au cours des mois de juin et août 2019.

L’ancienne responsable a mis l’accent sur la non réalisation des opérations d’inspections nécessaires, la non application des mesures sanitaires exigées par rapport aux navires accostant dans les ports tunisiens ainsi que la non-conformité du nombre des arrivées au port avec le nombre inscrit aux dossiers émis par les pays de départ.

Des informations circulant depuis plusieurs semaines, sur les réseaux sociaux, ont fait état de l’importation par une société privée, d’une cargaison de blé en provenance de ‘Ukraine. La marchandise, déchargée au port commercial de Sousse depuis août 2019, serait contaminée par des radiations nucléaires, ce que le ministère de l’Agriculture a considéré comme étant « de fausses informations sans fondement ».

Mahmoudi a affirmé avoir subi des agressions (vol de son portable, agression physique…) après avoir dévoilé les dépassements et les soupçons de corruption ayant accompagné cette affaire de blé contaminé.

La Commission de la réforme administrative, de la bonne gouvernance, de la lutte contre la corruption et du contrôle de gestion des deniers publics à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) a lancé depuis quelques semaines, une enquête sur cette quesion, alors des propos contradictoires sont tenus par certains responsables.

Le député du Courant démocrate (Attayar), Noomane el Euch a indiqué que la commission de l’agriculture auditionnera Mahmoudi, précisant qu’elle a déjà, auditionné le PDG de l’Office des céréales concernant la cargaison du blé contaminé.
Par ailleurs, Mahmoudi, a indiqué lors de la conférence qu’elle compte dévoiler une autre affaire de corruption dans le domaine de la santé survenue également, à Sousse.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire