Désignation controversée qui, en ce moment, ne fait pas les affaires de nos arbitres. Message dangereux même.


Le fameux arbitre éthiopien Tessema n’a pas besoin d’être présenté, c’est un des meilleurs arbitres qui officient en Afrique. Côté notoriété, côté compétence (malgré des erreurs fatales en ligue des champions et en coupe de la CAF la saison dernière), rien à dire. En lui accordant le match EST-ESS (qui a de grandes conséquences sur le classement), la FTF a créé une polémique, non pas parce qu’on a désigné quelqu’un d’inconnu, mais parce que le bureau fédéral renoue avec une tradition, celle de ramener des arbitres étrangers pour les chocs au sommet. Ça a commencé la saison dernière avec l’expérience des arbitres égyptiens et on se souvient que Amine Omar a dirigé EST-ESS la saison dernière. Alors, cela veut dire quoi ? Tout simplement que le bureau fédéral n’a pas confiance en nos arbitres qui ont eu, durant toutes ces dernières saisons, l’occasion de diriger les chocs de la Ligue 1.

Il n’y a pas d’autres explications. Plusieurs noms ont été lancés, ont eu la chance de diriger ces matches à gros enjeux et, à chaque fois, aucun arbitre n’a pu s’imposer vis-à-vis des joueurs sur le terrain, et vis-à-vis des dirigeants en coulisses. C’est la vérité. Mais en même temps, nos arbitres ont acquis une certaine expérience malgré la pression qu’on leur impose de la part de tous. On s’est habitué même à leurs «bourdes» et aussi leur «passivité» devant les clubs influents. Maintenant, l’arrivée de Tessema nous rappelle l’ère où les arbitres italiens, français et allemands faisaient la navette pour diriger les matches-chocs.

Apparemment, nous revoilà devant cette politique prudente du bureau fédéral et de la DNA qui vont «épargner» nos arbitres de la pression et des doutes à leur encontre. Tessema dirigera EST-ESS, le match le plus tendu au championnat (rivalité plus que sportive), et cela va se répéter pour le derby tunisois et d’ailleurs pour les autres matches importants en haut et en bas du tableau. Devises consommées, déstabilisation de l’arbitre tunisien mais finalement ce sont nos arbitres, à court de régularité et de personnalité, qui le «méritent». La FTF adresse un message dangereux et détruit tout ce qu’elle a fait depuis des années.

Charger plus d'articles
Charger plus par Rafik EL HERGUEM
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire