À l’occasion du 9ème anniversaire de la Révolution Tunisienne, le Théâtre de l’Opéra de la Cité de la culture a offert à son public le 14 janvier 2020 un spectacle qui ne manque pas d’originalité créé par le Pôle Musique et formations symphoniques avec la participation de l’Académie de l’Orchestre Symphonique Tunisien, le Dance Lab Studio et le Pôle Théâtre et Arts Scéniques.


En commençant par l’hymne national et une chorégraphie portée par des jeunes ballerines du Dance Lab Studio et signée Fares Lafif, ce spectacle est un nouveau projet artistique où tous les arts se rencontrent, se mêlent et se mettent en harmonie faisant envoler le public vers un monde magique.
Noor apparaît sur la grande scène aux côtés des musiciens de l’OST. Jeune, rêveuse et ambitieuse, de père musicien et de mère danseuse, elle crée son propre univers, qui regorge de couleurs vives, de sonorités vibrantes et de joie de vivre contagieuse.
Avec des pas hésitants, elle essaie d’apprendre la danse, mais en vain. Elle tombe et abandonne, mais son père, sa source d’inspiration, l’aide à se relever et à découvrir ce qu’elle aime vraiment : la peinture.

Cet art qui s’avère être son refuge, son arme et son outil de résilience. Elle se concentre sur son tableau tout en savourant les mélodies célestes des œuvres musicales universelles de Haydn, Offenbach, Schubert, Chostakovitch, Verdi… sous la baguette de son père Fadi Ben Othman, et interprétées avec justesse par les musiciens de l’OST.

Les pas des petites danseuses talentueuses viennent de parfaire ce voyage artistique à la fois théâtral, musical et dansant.
Le spectacle s’achève en toute beauté avec une danse exécutée par Noor en compagnie de ses parents, au grand bonheur du public qui était séduit par cet univers féerique, créé par l’ensemble des artistes.
Noor, ce fruit de synergie à la croisée des chemins entre le théâtre, la musique et la danse dans une mise en scène qui surprend et décoiffe, a non seulement partagé avec son public une joie de vivre contagieuse, mais lui a fait rêver, tout comme la jeune fille, d’un autre monde fabuleux où l’on peut s’évader loin de la monotonie du quotidien.

Noor symbolise aussi les jeunes tunisiens révolutionnaires, qui, aujourd’hui, 9 ans après la Révolution, s’expriment encore à travers l’art et le considèrent encore comme étant une arme contre l’oppression la corruption, et un outil de résistance.
L’initiative, première de son genre, a conquis le public du Théâtre de l’opéra, au grand bonheur du jeune metteur en scène Fares Lafif.

 

Charger plus d'articles
Charger plus par Khouloud Kechiche
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire