Alors que les « Sang et Or » avaient du mal à concrétiser leur domination, l’Ivoirien a débloqué la situation à dix minutes de la fin du temps réglementaire et l’EST de remporter une victoire amplement méritée. Une victoire qui permet à l’Espérance de confirmer son statut de leader et faire un bon pas vers le titre.


Stade olympique de Radès. EST bat CA : 2-1. (1-1 à la mi-temps). Buts de Yassine Khénissi (30’ S.p), Fousseny Coulibaly (82’) pour l’EST et Fakhreddine Jaziri (42’) pour le CA. Arbitrage du Camerounais Alioum Neant.
EST : Ben Chérifia, Mbarki, Chetti, Yaakoubi, Badrane, Coulibaly, Ben Romdhane (Ouattara 64’), Benguit, Ben Saha (Abdelli 90’+1), Khénissi (Bonsu 86’) et El Houni.
CA : Dkhili, Agrebi, Jaziri, Laabidi, Kassab, Ayadi (Khfifi 84’), Ben Yahia, Haddad (Zemzemi 62’), Compaoré (Khélifa 67’), Chamakhi et Taoues.
Expulsion d’Adem Taoues (27’) pour somme d’avertissements.

Sans round d’observation, Espérantistes et Clubistes sont entrés dans le vif du sujet. Les deux protagonistes ont opté pour un jeu offensif avec beaucoup d’engagement sur le terrain. Mais au fil des minutes, ce sont les « Sang et Or » qui se sont montrés les plus entreprenants, créant des occasions plus nettes que leur adversaire.

En effet, après des premières tentatives manquant de punch à l’image du long centre de Chetti contrôlé sans difficulté par Kassab, les camarades de Yassine Khénissi sont devenus de plus en plus précis dans leur entreprise offensive au point de pousser les défenseurs clubistes à la faute, le jeune Adem Taoues en particulier, expulsé pour somme d’avertissements à la 27’ suite à une faute commise sur Ben Saha dans la zone des 16 mètres. Sans hésitation et outre le deuxième carton à l’encontre de Taoues qui a causé son expulsion, l’arbitre du match siffla un penalty en faveur de l’EST, transformé par Khénissi (30’).

Un but venu confirmer la légère domination des débats par les Espérantistes. Un moment fort de la rencontre que les attaquants espérantistes n’ont pas su en profiter. Pourtant, l’occasion de doubler la marque s’est présentée à eux. A la 36’, El Houni dribbla deux défenseurs clubistes avant de voir son tir dévié en corner sur la dernière ligne par le gardien, Dkhili. Une minute plus tard et suite à une deux Khénissi servit sur un plateau Coulibaly dont le tir puissant s’écrasa sur la transversale. La balle fut reprise par Ben Saha dont le tir a été intercepté par le portier clubliste (37’).

Et alors que les Espérantistes étaient bien partis pour confirmer leur ascendant, la défense commit une bourde : sur un corner de Ben Yahia, Compaoré reprit de la tête pour Jaziri qui, d’une pichenette, logea la balle dans les filets d’un Moez Ben Chérifia pris de court (42’). Une belle réaction pour des Clubistes évoluant en infériorité numérique, ce qui leur a permis de regagner les vestiaires avec un bon moral.

Défense contre attaque
Après la pause, les « Sang et Or » ont repris les débats avec la même intention : concrétiser leur domination. De leur côté, les « Rouge et Blanc » se sont contentés de défendre vu qu’ils évoluaient en infériorité numérique. Par ailleurs, la deuxième mi-temps est placée sous le signe de défense contre attaque. Un Club Africain qui défendait avec acharnement contre une Espérance Sportive de Tunis qui optait pour l’attaque à outrance.

Une deuxième période durant laquelle le jeu s’est concentré dans la moitié du terrain des Clubistes. Et à vrai dire, la note aurait pu être plus salée sans un Atef Dkhili dans un grand jour. En témoigne sa jolie parade face à la retournée de Badrane, déviant la balle en corner (73’).
Mais le portier clubiste ne pouvait, à lui seul, préserver les filets vierges en deuxième mi-temps. C’est que le pressing des « Sang et Or » était tel que la donne ne pouvait que changer même si l’arbitre du match, le Camerounais Alioum Neant, n’a pas sifflé un penalty si évident pour l’EST quand Hamza Agrebi toucha la balle de la main (79’) en pleine surface de réparation.

Et ce n’est pas le penalty non sifflé qui allait abattre les hommes de Mouine Chaâbani. Trois minutes plus tard et sur un centre millimétré d’El Houni, Coulibaly, d’une pichenette, logea la balle dans les filets de Dkhili (82’).
Fousseny Coulibaly a été l’homme providentiel. Il a débloqué la situation au moment où l’Espérance dominait le jeu sans pouvoir déverrouiller une défense clubiste regroupée dans sa zone. Les Clubistes évoluaient, certes, en infériorité numérique, mais réussissaient à créer le surnombre devant la cage de Dkhili. Mais c’était sans compter avec des Espérantistes plus déterminés que jamais et un Fousseny Coulibaly opportuniste à souhait ! L’EST s’est offert une victoire amplement méritée. La raison du plus fort a triomphé au derby.

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire