Le ministère de l’Education a « catégoriquement » nié, vendredi, son accord avec l’Union tunisienne des instituts privés pour l’enseignement et la formation (UTIPEF) concernant la suspension de la mise en œuvre des nouvelles procédures conformément auxquelles une formule progressive serait déployée pour interdire aux enseignants du secteur public de travailler dans des établissements éducatifs privés.

Dans un communiqué rendu public vendredi, le ministère de l’Education a indiqué que ces procédures sont juridiquement fondées sur la circulaire ministérielle n°59 du 24 septembre 2019, ajoutant que ses dispositions ont été mises en œuvre à partir de l‘année scolaire 2019-2020.

L’Union tunisienne des instituts privés pour l’enseignement et la formation, a dans un communiqué publié hier jeudi, indiqué que des responsables du ministère de l’éducation s’étaient engagés lors d’une réunion tenue le 22 janvier courant, à donner les instructions aux délégués régionaux « pour qu’ils cessent d’exiger des propriétaires d’établissements d’enseignement privés de respecter les dispositions de la circulaire ».

Le ministère de l’Education a cependant souligné dans son communiqué publié, vendredi, sa « disposition au dialogue en vue de parvenir aux formules et mécanismes adéquats pour l’application des textes de loi ».

A noter que le ministère de l’Education a interdit dans une circulaire publiée le 23 juillet 2019, le cumul de fonctions dans les établissements d’enseignement privés et publics, à partir de l’année scolaire 2019-2020.

Cette décision, vise, indique le communiqué, à mettre un terme au déclin de la qualité de l’éducation et des conditions de travail dans les établissements éducatifs, à fournir davantage d’opportunités de travail aux diplômés du supérieur, à préserver l’intérêt supérieur des élèves ainsi que les équilibres pédagogiques des établissements éducatifs publics.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire