Vendredi 24 et vendredi 31 janvier 2020, les collèges et lycées ont prévu des réunions avec les parents. Et, malheureusement, pour la première fois, ces rencontres tant attendues ne se sont pas déroulées comme il se doit.


D’habitude, les bulletins parvenaient aux parents juste après les conseils de classe accompagnés de l’information sur la réunion des parents. Cette année, tout est sens dessus-dessous. Personne n’y comprend rien. Jusqu’à maintenant, beaucoup d’élèves n’ont pu avoir accès à leur bulletin. Les raisons en sont multiples. Il y a, d’abord, de ces dysfonctionnements qu’on a signalés à propos du site dédié à cette fameuse opération. Ceux qui ont pu le consulter n’ont pas, tous, été servis. Quelques-uns ont, tout simplement, été redirigés vers leurs établissements. C’est là, aussi, qu’ils ont été confrontés à d’autres difficultés. Il leur était, parfois, impossible de trouver, facilement, un interlocuteur. Chaque employé cherchant à se dérober en réorientant les «visiteurs» vers un autre collègue qui, lui, non plus, n’a, semble-il, rien à voir avec le service qu’on lui demande. Ce n’est qu’après maintes péripéties et acrobaties que le (la) parent (e) obtient le précieux document.

Il y a, en plus, la question des appréciations des enseignants. En effet, le papier délivré par l’administration n’est, en fait, qu’un simple relevé de notes. Pourtant, les annotations des enseignants sont essentielles pour pouvoir discuter avec eux lors des réunions prévues. Dans un autre contexte, les parents ont eu la mauvaise surprise de découvrir des erreurs dans certaines notes. Il faut, alors, recourir, encore une fois, aux services de l’établissement. Donc, de nouveaux tracas.

Il y a, forcément, bien des critiques à formuler contre cette situation qui prévaut actuellement. De mémoire de parents, on n’a jamais connu une pagaille pareille. Car il faut voir ce que les parents endurent ces derniers temps avec les allées et venues incessantes et la gêne qu’ils semblent occasionner aux agents des lycées et collèges. On n’est pas censé se présenter au lycée ou au collège tous les jours. Souvent, on en arrive aux altercations avec les risques de complication que cela peut entraîner. Dans d’autres cas, on arrive à tirer son épingle du jeu en faisant valoir sa qualité de collègue (zamil) ou en recourant à des connaissances. De cette manière, tout se résout comme par un coup de baguette magique ! En tout cas, les choses ne sont pas, du tout, évidentes pour tout le monde.

Pourquoi en sommes-nous arrivés à ce point ? Que n’a-t-on pas prévu ces désagréments ?
Toujours est-il que l’on n’a pas encore constaté de réaction positive allant dans le sens de la résolution de ces difficultés inhérentes à une approche mal conduite et à l’impact négatif très certain. Les préjudices sont énormes car on donne le mauvais exemple de désorganisation aux élèves. D’ailleurs, les bons éléments, parmi eux, ne savent pas quelle est leur récompense en termes de tableau de félicitations, d’honneur, etc. Généralement, une mention en est faite sur les bulletins. Mais comme rien n’est plus comme avant, on baigne dans le flou.

Charger plus d'articles
Charger plus par Amor CHRAIET
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire