La signature du programme commun du gouvernement Fakhfakh aura lieu finalement demain, lundi, mais à condition qu’Ennahdha y consente. Sa décision était attendue hier.


Elyes Fakhfakh, le chef du gouvernement désigné, croyait, lors de sa conférence de presse du vendredi 31 janvier dernier, avoir réussi l’essentiel de sa mission, en annonçant qu’hier, samedi 1er février, les dix partis politiques constituant la ceinture politique et parlementaire de son prochain gouvernement allaient signer le document contractuel du programme gouvernemental qui leur a été proposé durant la première semaine des concertations.

Malheureusement, et comme l’ont déploré plusieurs leaders représentant ces mêmes partis estimant que Fakhfakh s’est précipité d’annoncer la signature du document en question sans obtenir leur aval («comme si nous étions à ses ordres», ont même déclaré certains d’entre eux), hier, le bureau de presse du chef du gouvernement désigné s’est trouvé dans l’obligation de publier un communiqué répercuté par l’agence TAP annonçant qu’il a été décidé de reporter la réunion en question à lundi après-midi.
Et le communiqué d’ajouter : «Le report de la réunion intervient à la demande du mouvement Ennahdha dont le président Rached Ghannouchi est rentré tard du Burkina Faso où il a participé, en sa qualité de président du Parlement tunisien, à la tête d’une délégation parlementaire à la 15e session de l’Union parlementaire des Etats membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI)».

Donc, à comprendre le contenu du communiqué publié par Dar Dhiafa, la signature du document contractuel du gouvernement (ou pour être plus clair du programme commun du gouvernement Fakhfakh) est suspendue maintenant à ce que décidera le président d’Ennahdha et président du Parlement, Rached Ghannouchi.
Autrement dit, on saura demain si la réunion de signature aura lieu, si l’adoption du programme commun sera entérinée et si la deuxième phase des négociations relative au choix des futurs ministres démarrera comme annoncé, vendredi dernier, par Elyes Fakhfakh ou si tout tombera à l’eau et au cas où le parti nahdhaoui s’accrocherait à ses conditions exigeant l’élargissement des concertations dans le sens de faire participer Qalb Tounès, écarté par Fakhfakh dès le démarrage du processus de formation du gouvernement, même si ses représentants n’ont pas pris part aux réunions d’élaboration du programme commun dont les sept axes principaux ont été dévoilés, vendredi dernier, par le chef du gouvernement désigné lors de sa conférence de presse.

Ainsi, les observateurs et analystes politiques saisissent-ils la décision de reporter la cérémonie de signature du programme commun à demain lundi 3 février, une dernière manœuvre à laquelle Fakhfakh s’est trouvé dans l’obligation de recourir afin de convaincre Ennahdha de la justesse de son approche consistant en l’écartement de Qalb Tounès, la deuxième force parlementaire issue des législatives du 6 octobre dernier, du processus de formation du gouvernement.

En parallèle, d’autres politologues avancent qu’Ennahdha a sollicité le report de la cérémonie de signature du programme commun afin de faire fonctionner ses institutions (le bureau exécutif et le Conseil de la choura) et de leur donner l’opportunité de discuter de la décision qu’Ennahdha adoptera, soit l’alignement sur l’approche de Fakhfakh et la signature du programme commun, soit le rejet de ce même programme et donc la décision de ne pas participer au gouvernement Fakhfakh et de voter contre au Parlement, ce qui revient à dire qu’aux 160 députés annoncés acquis par Fakhfakh manqueront le jour J les 54 députés nahdhaouis et les 22 représentant Al Karama dont la coordination s’est transformée en parti portant le même nom.
D’ailleurs, au moment où le présent article était rédigé (hier vers 18 heures), le bureau exécutif d’Ennahdha était en réunion avec à l’ordre du jour la définition de la proposition-décision à soumettre au Conseil de la choura resté en session ouverte depuis sa dernière réunion.

Charger plus d'articles
Charger plus par Abdelkrim DERMECH
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire