C’était un saint homme dont la seule silhouette nous permettait de renouer avec une symbolique de ferveur et de cohésion partagée. « RIP » Sami !
Tel un couperet, la nouvelle du décès de Sami Chargui est tombée à la stupéfaction de ceux qui l’ont connu et aimé.
Victime d’un malaise fatal, il a rendu son dernier souffle, l’âme tranquille, dans la dignité, la quiétude et la sérénité.
Fatidique destinée calendaire de ce mercredi 24 avril, une date que tous ses parents, proches, amis, microcosme clubiste africain compris, n’oublieront pas de sitôt. Aujourd’hui, nous rendons non seulement hommage à l’homme altruiste, philanthrope et compatissant qu’il a toujours été. Mais aussi au président de la section Basket-ball du CA à laquelle le regretté avait rendu ses lettres de noblesse. Au Club Africain, Sami Chargui était plus qu’un dirigeant.
C’était une icône clubiste de la première heure. Un symbole fort évocateur de l’amour qu’un inconditionnel peut porter à son club de cœur. Bien avant son intronisation au sein de l’exécutif du club de Bab Jedid, on l’apercevait déambuler chaque week-end du côté de la Curva Nord Clubiste. C’était un saint homme dont la seule silhouette nous permettait de renouer avec une symbolique d’espoir, de ferveur et de cohésion partagée. Quant à la renaissance du CA, ce rêve séculaire de générations successives de Clubistes, c’en était devenu si intérieur, profond et intense, inscrit dans son ADN, dans son moi profond. Voilà comment Sami Chargui a vécu. Nous retiendrons le souvenir impérissable d’un brillant parcours de générosité et d’affection pour le Club Africain où il jouissait et jouira toujours d’une immense considération affective. En cette douloureuse circonstance, La Presse Sport et les reporters de tous bords expriment leur profonde compassion et leurs condoléances attristées à tous ceux qui l’on connu, accompagné et côtoyé. Implacable, la volonté divine s’est ainsi accomplie pour nous permettre à notre tour d’implorer Dieu, le Tout-Puissant, d’accueillir notre cher Sami dans la miséricorde de son Vaste Paradis. Paix à son âme. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire