Malgré les acquis réalisés au profit de la femme depuis  l’indépendance, la participation de la femme à la vie économique et politique a connu un certain recul, selon le dernier rapport du Forum économique mondial.

Selon le rapport annuel du Forum économique mondial, relatif à l’égalité homme-femme, la Tunisie est classée en bas de l’échelle. Pourtant, la Tunisie s’est engagée à assurer l’égalité entre les deux sexes dans tous les domaines conformément à la Constitution de 2014. Elle a pris le même engagement dans les Traités internationaux approuvés et ratifiés. Cependant, notre pays occupe les dernières places au sujet de l’égalité homme-femme, si l’on se réfère au rapport annuel du Forum économique mondial « Gender gap report ».

Malgré les acquis législatifs accomplis par la Tunisie au cours des dernières années, les récentes statistiques indiquent que le classement de notre pays est au-dessous de la moyenne mondiale puisqu’il occupe la 124e place au niveau mondial sur un ensemble de 153 Etats. Quant à la participation des femmes dans la vie politique, la Tunisie est classée à la 67e position au niveau mondial car leur participation aux portefeuilles ministériels a baissé de 23.1% en 2018 à 10% en 2019. L’inégalité entre les hommes et les femmes dans le domaine économique et les opportunités d’emploi demeure aussi importante.

Des actions à entreprendre

La Tunisie a régressé à la 142e position. A noter que le taux moyen du chômage des femmes représente le double de celui des hommes puisqu’il est de 22% pour les premières et 12.2% pour les seconds. La Tunisie occupait la deuxième place parmi les pays du Moyen Orient et le Nord de l’Afrique en 2018 pour reculer à la quatrième place en 2019. «Les voix des Femmes» appelle les parties concernées à prendre en considération ces résultats, et ce, dans le but de réduire l’inégalité entre femmes et hommes en Tunisie à travers certaines actions :

1-prendre en considération la valeur de la participation effective des femmes en assurant l’évaluation du travail non rémunéré comme les heures de travail domestique non payées.

2-faire bénéficier les femmes des garanties nécessaires pour lancer des projets économiques en facilitant l’octroi des financements et en leur permettant de participer au marché de l’emploi.

3-assurer l’égalité des chances dans les hauts postes.

4- activer les dispositions de la loi n°58 de 2017 relative à la lutte contre la discrimination à l’égard des femmes et notamment au niveau économique.

5- augmenter le nombre moyen de la participation des femmes dans le marché du travail à travers des politiques générales dans le but d’améliorer le taux d’emploi des femmes.

6- intégrer l’égalité horizontale dans la loi électorale pour garantir une équité de représentativité entre hommes et femmes sur les plans national, régional et local.

7- renforcer la dynamique économique des femmes rurales tout en améliorant leur situation et leurs conditions de travail.

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri GHARBI
Charger plus dans à la une

Un commentaire

  1. Liberte

    18/02/2020 à 16:42

    La parité je veux bien surtout en ce moment pour la constitution du nouveau gouvernement.

    Répondre

Laisser un commentaire