Parmi les principaux produits vendus à l’étranger, on peut citer l’huile d’olive qui accapare 33%, suivie des dattes avec un taux de 18% et des produits de la pêche avec 11%.

Le secteur agricole constitue l’un des secteurs les plus dynamiques en termes de participation à la croissance économique puisqu’il contribue avec 37% à la croissance en 2018 et avec 10% du PIB. La valeur ajoutée du secteur de l’agriculture et de la pêche au cours de la période 2011-2019 a été de 3.7% contre 1.5% durant la période 2001-2010. S’agissant de la production, il y a lieu de noter qu’en 2020, la production des olives a progressé de 150%, ce qui constitue des quantités record estimées à près de 1.750 mille t équivalentes à 350 mille tonnes d’huile d’olive. Mieux encore, la production des céréales a augmenté de 70%. soit 2.370 mille t en 2019.  De son côté, la superficie des cultures biologiques est passée de 192.000 ha en 2014, soit 4.2% de l’ensemble des terres agricoles à 336.000 ha en 2018, soit 7,5% de tous les périmètres agricoles. Quant aux produits de la pêche, ils ont réalisé un accroissement de 4% pour s’établir à près de 139 mille t, l’année dernière, au lieu de 133.9 mille tonnes en 2018. Pour ce qui est des exportations, la moyenne de croissance annuelle de la valeur des exportations sur la période 2016-2019 est de 8.8% en prix constants.

Une progression appréciable

Les exportations agricoles représentent 9.7% de la valeur de l’ensemble des exportations en 2019. Parmi les principaux produits vendus à l’étranger, on peut citer l’huile d’olive qui accapare 33%, suivie des dattes avec un taux de 18% et des produits de la pêche avec 11%. A noter que l’investissement agricole a progressé de 72% pour une valeur de 1.600 millions de dinars, et ce, après la promulgation de la loi sur l’investissement en avril 2017 contre une moyenne annuelle de 900 MD sur la période 2014-2016. L’accroissement moyen des tracteurs approuvés annuellement est de 60%, soit 2.500 tracteurs par an d’une valeur de 160 MD contre 1.500 tracteurs d’une valeur de 75 MD avant la promulgation de ladite loi. De leur côté, les investissements agricoles sont passés de 700 MD à fin 2019 contre 680 MD avec l’entrée en vigueur de la loi sur l’investissement sur la période 2014-2016. Pour ce qui est des crédits fonciers et au cours des trois dernières années (2017-2018-2019), on a approuvé près de 300 crédits fonciers pour une valeur de 32 MD, ce qui va permettre d’intégrer près de 3.300 ha des terres arables dans le circuit économique. Dans le cadre d’encourager l’initiative privée chez les jeunes et de contribuer à leur intégration dans les activités économiques, un programme est mis en place avec la participation de pépinières d’entreprises agricoles. Un projet est lancé en vue de dynamiser l’investissement agricole et moderniser les exploitations agricoles (Premea). Un autre projet non moins important concerne la promotion de l’agriculture durable et le développement rural (Agripreneurs 2.0). En outre, les jeunes ont eu la possibilité de participer dans des manifestations à l’étranger qui concernent l’investissement agricole. Les jeunes sont encouragés à adopter les technologies de pointe dans leurs activités.

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri GHARBI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire