Aussitôt la confiance des députés obtenue, le gouvernement Fakhfakh s’emploiera à mettre en œuvre huit grandes orientations prioritaires dont en premier lieu la restauration de la sécurité, la lutte contre la corruption, l’amélioration du pouvoir d’achat du citoyen et la résolution de la crise prévalant dans le bassin minier

Finalement, Elyes Fakhfakh, chef du gouvernement désigné, a réussi à rassembler, hier, au palais Edhiafa, ses alliés-partenaires afin de signer le document contractuel appelé officiellement «le programme de la clarté et de la restauration de la confiance» soumis par Fakhfakh pour discussion, renforcement et adoption aux partis politiques ayant accepté de faire partie du gouvernement dont les députés sont censés lui accorder leur confiance demain, mercredi 26 février, au cours de la séance plénière qui se tiendra au Parlement.

Ainsi, hier, vers 18h00, les représentants des partis Ennahdha, Achaâb, Attayar, Tahya Tounès et du bloc parlementaire «la Réforme nationale» ont afflué, successivement, vers le palais Edhiafa en vue d’apposer leurs signatures sur le document contractuel comportant les grandes lignes et les mesures urgentes que le gouvernement Fakhfakh promet de mettre en application au cas où son équipe réussirait à obtenir, demain, la confiance des députés (ce qui est quasi assuré avec une majorité de voix qu’on estime à au moins 125 provenant des partis et blocs parlementaires ayant déjà annoncé qu’ils voteront pour le gouvernement Fakhfakh).

Mais au fait, quelles sont les grandes orientations politiques, économiques et sociales avalisées, hier, par les partenaires «du gouvernement de la clarté et de la restauration de la confiance ?»

Selon le document en question, dont une copie est parvenue à La Presse, le gouvernement s’engage à concrétiser au cours de sa première année les orientations suivantes :

– La restauration de la sécurité que le citoyen doit ressentir  dans sa vie quotidienne.

– L’amélioration du pouvoir d’achat du citoyen et la maîtrise des prix.

– La relance de l’économie à travers des mesures urgentes au profit des petites, moyennes et grandes entreprises.

– La réduction du déficit commercial et la protection de l’économie nationale.

– L’application de la stratégie nationale de lutte contre la corruption.

– La mobilisation des ressources financières nécessaires pour le compte de l’année 2020.

– La mise en œuvre d’une solution globale et pilote en vue de mettre un terme définitif à la crise du bassin minier et du retour de la production de phosphate.

– La mise en œuvre d’un mécanisme à même de trouver une solution aux dossiers des travailleurs de chantier, des enseignants et des instituteurs suppléants.

Charger plus d'articles
Charger plus par Abdelkrim DERMECH
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire