La nouvelle société de traitement des bagages a réussi à réduire le temps alloué à la livraison. Pour ce qui est des vols, aucune réclamation depuis le 1er février.

A peine lancée, il y a maintenant 25 jours, la société à laquelle Tunisair a fait recours pour la lutte contre le vol des bagages à l’aéroport Tunis-Carthage est en train de  faire ses preuves. René Trabelsi, ministre du Tourisme et de l’Artisanat, mais aussi du Transport par intérim, accompagné du P.D.G. de Tunisair, Elyes Mnakbi, y a effectué, hier matin, une visite d’inspection, où il s’est enquis de l’opérationnalité de ladite société et la qualité de ses prestations en matière de chargement et livraison de bagages. Le ministre a commencé par lever l’amalgame, précisant qu’il s’agit bel et bien d’une société nationale, et non pas privée tel que cela a été relayé par certains médias. «Soit une société spécialisée à participation publique dont l’Etat détient 85% du capital. Elle relève de Tunisie Télécom, en vertu d’un contrat conclu de gré à gré», ajoute-t-il.

Le recours, depuis le 1er de ce mois, à cette nouvelle société étatique s’explique par un sentiment d’insatisfaction ressenti auprès des clients de la compagnie, lesquels ont beaucoup souffert d’un phénomène à Tunisair nommé vol des bagages. Avec pour conséquence retards de vols et flot de réclamations à n’en plus finir. Leur récurrence a fini par créer une crise de confiance, mettant en jeu l’image d’une compagnie nationale censée être pionnière du transport aérien et pilier de l’économie dans le pays. La société précitée vient, en quelque sorte, sauver la mise. «Professionnelle, elle a pu, remarquablement, réduire le temps alloué à toute livraison de bagages. Soit de 15 à 30 mn, de l’avion au tapis de distribution», estime-t-il. Ce qui a permis, selon lui, d’éviter aux passagers de Tunisair un temps fou en attente de leurs bagages. Vol de bagages à l’aéroport, plus jamais ça, rassure le ministre. «Aucune réclamation depuis le 1er février. Et vous pouvez le vérifier auprès de nos passagers eux-mêmes», nous affirme-t-il, sûr de lui. D’autant plus que cette société de livraison dispose de ses propres agents de contrôle et de sûreté, veillant au bon acheminement de bagages, de l’avion jusqu’à leur réception par les voyageurs. Pour tout dire, tout se fait dans les normes.

Pour mettre les points sur les i, le PDG de Tunisair est revenu sur les raisons du choix de ladite société. «Nous lui avons fait appel pour remettre de l’ordre, améliorer et accélérer nos services de chargement et de réception des bagages», argue-t-il. Cela étant, dans la mesure où la société devrait assumer ses responsabilités. Et d’ajouter que cette initiative-première a porté ses fruits, avec zéro réclamation. Interrogé sur la situation de la compagnie qu’il dirige, l’homme n’y est pas allé par quatre chemins pour dire la vérité : «13 avions cloués au sol en manque de pièces de rechange et des problèmes de liquidité… », se plaint-t-il, appelant le futur gouvernement Fakhfakh à lui apporter de l’aide. Car, conclut-il, Tunisair constitue, quand même, la colonne vertébrale de l’économie nationale. Au sujet du coronavirus, le ministre du Transport par intérim a rassuré que toutes les mesures de précaution et de prévention ont été prises aussi bien dans les aéroports que dans les ports. «Le cas échéant, nous irons jusqu’à annuler des destinations de et vers la Tunisie», prévoit-il.

Charger plus d'articles
Charger plus par Kamel FERCHICHI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire