Kaïes Zouaghi ne pouvait espérer un meilleur baptême du feu.

La première sortie officielle à la tête d’une équipe est importante pour tout entraîneur. C’est pourquoi certains techniciens préfèrent prendre le temps de superviser leurs nouvelles équipes lors d’un match officiel avant d’entamer leurs fonctions au début de la semaine qui suit, histoire de ne pas servir de faire-valoir.

Kaies Zouaghi, lui, n’a pas hésité à aller à l’affront, quatre jours à peine après avoir pris ses fonctions. Il faut dire qu’Imed Ben Younès, qui a assuré l’intérim depuis le départ de Garrido, a balayé le terrain en remportant la victoire devant l’Union Sportive Monastirienne, trois jours à peine avant la nomination de Zouaghi. Quand on connaît le parcours de l’USM depuis le début de la saison, la battre n’était pas une mince affaire.

A point nommé !

La victoire remportée devant l’USM est venue donc à point nommé, permettant à Kaies Zouaghi d’entamer ses fonctions dans une bonne ambiance, les joueurs ayant retrouvé le moral. Le nouvel entraîneur n’avait qu’à trouver les mots justes pour booster leur moral.

Et à voir la prestation des camarades d’Aymen Mathlouthi samedi dernier, Kaies Zouaghi a réussi à gonfler à bloc le moral de sa troupe. Le résultat  a suivi. L’Etoile Sportive du Sahel a infligé une lourde défaite à son hôte, l’Etoile Sportive de Métaloui, sur le score sans appel (5-1).  Samedi dernier, les Etoilés ont allié manière et résultat. Mieux. Deux joueurs, qui soufflaient le chaud et le froid ces derniers temps, ont retrouvé le chemin des filets. Il s’agit de Souleymane Coulibaly, auteur d’un doublé, et Firas Belarbi, qui a marqué, lui, trois buts. Que ces deux joueurs trouvent le chemin des filets est une bonne chose pour rééquilibrer le jeu collectif, quand on sait que l’attaque a constitué le maillon faible de l’équipe ces dernières semaines.

La C1 africaine en ligne de mire

Imed Ben Younès et Kaïes Zouaghi ont ramassé le maximum de points lors des deux dernières sorties de l’équipe en championnat. C’est dire qu’ils ont réussi à stopper l’hémorragie en championnat, chose qui leur permettra d’aborder sereins la suite du parcours, notamment en Ligue des champions.

Car s’il a perdu trop de points en Ligue 1, Juan Carlos Garrido a bien rempli son contrat en C1 africaine en qualifiant l’Etoile, première de son groupe B au quart de finale.  Si Ben Younès et Zouaghi ont rectifié, un tant soit peu, les erreurs de Garrido en championnat, ce dernier a laissé derrière lui un lourd héritage en Champions League.

Ce samedi à 20h00, l’Etoile affrontera le finaliste de l’édition précédente, le Wydad Casablanca. Une manche aller qui se disputera chez l’adversaire dans son fief au Stade Mohamed V.

Une confrontation qui s’annonce difficile face à un adversaire connu pour être coriace, particulièrement quand il évolue à domicile. Kaies Zouaghi passera ce samedi son premier véritable examen à la tête de l’Etoile. Un examen qui sera lourd de conséquences pour le reste du parcours africain de l’équipe et pas seulement. Car s’il veut être le digne successeur de Garrido, Zouaghi doit faire mieux aussi bien en championnat qu’en Ligue des champions africaine. Il faut avouer que le technicien espagnol a mis la barre très haut en C1 africaine, contrairement à son parcours en dents de scie en championnat national.    

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire