Point n’est besoin d’être expert en environnement pour affirmer que cette mesure sera bénéfique pour tout le monde.

Le décret n°32 du 16 janvier 2020 vient de siffler la fin de la récréation : interdiction pure et simple des sacs en plastique dans les espaces commerciaux. Certes, cette disposition légale va bousculer les habitudes du consommateur qui, pendant très longtemps, trouvait pratique de ranger ses courses dans ces fameux et non moins inévitables sacs en plastique. Les commerçants vont devoir aussi  trouver de nouveaux emballages à l’usage du client. Cette nouvelle disposition va certainement contrarier plus d’un, mais les faits sont là : il est temps de prendre soin de notre environnement, temps que les oiseaux reprennent leur position dans les hauteurs. Il est vrai qu’un sac en plastique met entre cent et quatre cents ans pour disparaître. De même qu’au niveau visuel, notre paysage est devenu infréquentable à cause de la prolifération des sacs en plastique. Il est désolant de savoir que les tortues de mer les avalent, en les prenant pour des proies et en meurent.

Point n’est besoin d’être expert en environnement pour affirmer que cette mesure est tout bénéfice pour tout le monde. Mais, fort heureusement, ce ne sont pas tous les sacs en plastique qui seront bannis de la circulation. Seuls les sacs non biodégradables sont concernés par l’interdiction en question. En ce sens, le décret en question fait très bien la distinction entre le sac en plastique de moins de 40 microns et ceux en plastique réutilisables, recyclables, biodégradables, en ce qui concerne les sacs en matières organiques autre que le plastique. Citoyens, pensez dès le 1er mars à prendre avec vous vos sacs, vos couffins et autres emballages, si vous avez l’intention de faire des courses : les sacs gratuits en plastique, c’est fini.

Refusez-les, si on vous les propose, faites preuve de civisme. Bien des nations l’ont fait avant nous, et leur environnement se porte beaucoup mieux. Au Rwanda l’expérience fut un succès total, pourquoi pas chez nous ?

Aussi, ne vous étonnez point à partir du 1er mars, si à la caisse vous devez payer votre sac biodégradable. A ranger soigneusement et à réutiliser.

Disons adieu au paysage sinistre des millions de sachets en plastique qui se promènent dans la nature, notre environnement mérite beaucoup mieux, pour notre bien et pour celui des générations futures.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

2 Commentaires

  1. Liberte

    26/02/2020 à 11:16

    Les centres commerciaux ne sont plus pour rien pour ces sacs en plastique polluants et nuisible pour l’environnement. Il faut surveiller les épiciers, les marchés locaux, les boulangers, les bouchers pour les punir et donner l’exemple, pour chaque client la règle c’est de se munir avec son propre sacen tissus réutilisables.

    Répondre

  2. Yasmine

    27/02/2020 à 06:52

    Cette interdiction a déjà été faite au 1er mars 2017 !
    Les tunisiens, en général, ne respectent pas les lois, et font ce que bon leur semble, donc, je ne vois pas pourquoi, cette fois, cela serait différent de 2017 !

    Répondre

Laisser un commentaire