Cinquante-huit personnes ayant eu des contacts avec l’Italien infecté par le nouveau coronavirus à Lagos, la capitale économique du Nigeria, ont été placées en quarantaine, a déclaré lundi le ministre de la Santé, Osagie Ehanire.

Le premier cas de nouveau coronavirus en Afrique subsaharienne a été confirmé vendredi, dans le pays le plus peuplé d’Afrique – 200 millions d’habitants.

L’Italien était arrivé à Lagos en provenance de Milan le 25 février et s’était rendu dans une usine de ciment de l’Etat voisin d’Ogun. Il est depuis vendredi hospitalisé dans  un hôpital spécialisé dans le traitement des maladies infectieuses.

Les autorités ont lancé des recherches pour retrouver tous ceux avec lesquels il aurait pu être en contact avant le diagnostic et ont pour l’instant identifié 19 personnes à Lagos et 39 personnes dans l’État d’Ogun, a déclaré le ministre lors d’une conférence de presse à Abuja.

« Nous sommes en contact avec ces personnes qui sont sous auto-isolement supervisé et les autorités leur ont fourni le matériel nécessaire pour surveiller leur température », a dit M. Ehanire, précisant qu’ils resteraient sous observation pendant au moins 14 jours.

Le ministre a déclaré que la mesure visait à contrôler la propagation de la maladie, qui a tué plus de 3.000 personnes, principalement en Chine où elle a éclaté en décembre.

« La recherche des contacts est une activité spécialisée qui est effectuée par des experts – des épidémiologistes qui savent exactement quelles questions poser et comment retrouver les gens », a-t-il dit.

« Le but est de savoir, si vous avez un +patient zéro+, qui a été en contact avec lui, et quelle est la probabilité que cette personne ait contracté la maladie », a-t-il expliqué.

Les autorités continuent de rechercher d’autres personnes ayant pu être en contact avec le patient italien, notamment les 156 passagers se trouvant sur même vol que lui lors de son arrivée au Nigeria.

« Nous ne pouvons pas vous donner de nombre précis car c’est un processus qui est en cours », a ajouté le ministre.

Le Nigeria est considéré comme très vulnérable à la propagation virale en raison de son système de santé faible et de sa forte densité de population.

Lundi à la mi-journée, le continent africain comptait, outre le cas confirmé au Nigeria, deux cas enregistrés en Egypte et trois en Algérie, mais aucun décès.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire