Un premier cas de contamination par le Coronavirus d’un Tunisien revenant d’Italie, âgé de 40, a été confirmé en Tunisie, a annoncé, lundi après-midi, le ministère de la Santé.

Lors d’un point de presse tenu au siège du ministère de la Santé, le ministre de la Santé, Abdellatif Mekki, a indiqué que le patient présente jusqu’à présent un état de santé stable et ne souffre pas de complication, soulignant que le citoyen Tunisien en question qui est arrivé en Tunisie le 27 février dernier à bord d’un navire en provenance d’Italie, ne présentait aucun symptôme de contamination par le virus.

Il a ajouté que le patient infecté s’était conformé aux instructions de l’équipe sanitaire qui avait reçu les voyageurs à leur arrivé en Tunisie, précisant que dès l’apparition des premiers symptômes après quelques jours de son arrivée en Tunisie, le patient s’était isolé à domicile et avait contacté le (190), suite à quoi, une équipe médicale s’est déplacée sur place afin de le soumettre aux analyses nécessaires qui ont confirmé, lundi 2 mars 2020, sa contamination par le virus.

Mekki a affirmé que « toutes les personnes qui accompagnaient le patient en question sur le navire, au nombre de 254, outre ses membres de famille, ont été mises en quarantaine pour une période de 14 jours et sont actuellement soumises au suivi médical, après que les instructions informatives nécessaires leurs ont été fournies, soulignant que les services du ministère de la Santé leur assurent un suivi quotidien afin de vérifier leur respect des directives.

Le Comité national permanent du suivi de la propagation de ce virus, œuvre à suivre tous les développements et l’évolution du virus à travers tous les pays du monde, et « reste disposé à ajuster sa stratégie, en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique, a-t-il dit.

Il a expliqué que les équipes de surveillance effectuent un suivi quotidien de l’état de santé des voyageurs en provenance de pays à haut risque, tels que l’Italie, l’Iran, l’Irak, le Koweït etc, en les contactant quotidiennement par téléphone, afin de les sensibiliser sur l’impératif de respecter les instructions de prévention et de signaler tout symptôme de contamination pouvant apparaître pendant la période d’incubation de la maladie (14 jours).

Il a ajouté que l’ensemble du système de santé a été mobilisé pour faire face à cette épidémie à travers la fourniture des dispositifs médicaux nécessaires, soulignant que le ministère a augmenté le niveau de vigilance à travers le renforcement de la coordination avec les différentes parties intervenantes pour mieux contrôler l’état de santé des voyageurs qui débarquent en Tunisie, et ce, au niveau des aéroports, des ports maritimes et des postes frontaliers terrestres.

Le directeur général des soins de santé de base au ministère de la Santé, Chokri Hammouda, a déclaré que la gravité de cette infection réside dans la vitesse de sa propagation, soulignant que la Tunisie dispose d’importantes quantités de médicaments anti-inflammatoires à même d’atténuer les symptômes de ce virus (état fébrile et pneumonie).

Il a ajouté qu’une centaine de personnes suspectées d’être infectées par le virus ont subi des analyses qui se sont avérées négatives, mettant l’accent sur la nécessité de respecter les instructions des équipes de santé jusqu’à l’expiration du délai de mise en quarantaine.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

2 Commentaires

  1. Liberte

    02/03/2020 à 20:21

    Alors on fait quoi ? A t’on les moyens de le soigner ? A part de le confiner chez lui je ne vois aucun autre moyen de le soigner, nos hôpitaux n’ont pas les moyens de le soigner, on est vraiment dans la merde.

    Répondre

  2. karabaka youssef

    03/03/2020 à 08:13

     » le soigner..on est vraiment dans la merde »: qu’est ce que tu raconte? aucun pays n’a arrivé a soigner ses patients..et les solutions viennent d’après les prévisions ( USA) d’ici l’été ou l’automne. il faut combattre avec nos moyens notamment au niveau de la prévention.

    la problématique et plus profonde: comment faire de nos malheurs des bonheurs.? En principe , cette affaire doit pousser le gouvernement à mettre une stratégie de recherche scientifique pour satisfaire à nos besoins dans tous les domaines et pour faire faces, dans l’avenir; à des telles virus et maladies: les fruits de la recherche scientifiques ne sont pas imminents mais il faut commencer.

    Dans ce cadre là, je me souviens d’une sagesse du directeur de mon école primaire qui prévoit :ليس من العار أن يفشل الإنسان لكن العار أن يبقى حيث فشل ». ؤ c à d que la défaite n’est pas une honte mais la honte est de rester dans cet état.

    Répondre

Laisser un commentaire