Le CA en bon gestionnaire. La JSK la tête ailleurs.

Stade Hamda Laouani. Pelouse bosselée. Temps printanier. Arbitre : Oussema Razgallah. JSK-CA : 0-3. Buts de Khalil Kassab (3’), Wajdi Sahli (40’) et Ahmed Khalil (65’). Avertissement : Saber Khelifa.

JSK : Ali Frioui, Slim Bacha, Hamza Rebai, Ala Dahnous, Ahmed Ammar, Mohamed Ali Ragoubi, Oussama Romdhani, Moez Aboud, Oussama Bouguerra, Yassine Salhi, Ahmed Hosni

CA :  Noureddine Farhati, Skander Laabidi, Hamza Agrebi, Chiheb Salhi, Mokhtar Belkhiter, Ahmed Khalil, Khalil Kassab, Wissem Ben Yahia (Chammakhi), Wajdi Sahli (Saber Khelifa), Bilel Khefifi (Zouheir Dhaouadi), Bassirou Compaoré.

Les seizièmes de finale de Dame Coupe nous ont proposé  hier une solide explication entre la JSK et le CA. Pour ce tour qui enregistre l’entrée en lice des clubs de D1 (ronde qui se déroule sur quatre livraisons), le tirage nous a donc proposé un duel intéressant au stade Hamda Laouani de Kairouan. D’un côté, une JSK meurtrie depuis peu par des résultats insuffisants et une chute vertigineuse au classement de la Ligue 1, et de l’autre, un CA aux ambitions certes diamétralement opposées, sans pour autant occulter le fait que le CA va mal en raison d’une crise interne et d’une perte de l’ambition clubiste tout court. Ce faisant, toujours volet visiteurs, si les hommes de Lassad Dridi, en spécialistes de l’épreuve, entendaient tout miser sur Dame Coupe cette saison, la JSK, à son tour, avait d’autres «chats à fouetter» sans pour autant occulter le fait que la Coupe galvanise toujours au plus haut point et permet souvent de repartir de plus belle et de se projeter dans l’avenir. Bref, pour les 22 acteurs, l’occasion était propice pour sceller un nouveau contrat de confiance avec les fans, et surtout marquer des points en cette période de disette et d’incertitude à tous les étages. Sur ce, en expert de Dame Coupe qui se respecte avec 13 trophées et une présence continue aux apothéoses (2016, 2017 et 2018), le CA faisait forcément figure d’épouvantail sur le papier. Quant à la JSK, elle ne dispose pas vraiment de traditions dans ce cas d’espèce, sa dernière finale disputée datant de 1996. Cependant, l’occasion était propice pour les hommes de Rafik Mhamdi d’épingler un gros morceau à leur tableau de chasse et par là même enclencher une dynamique autour d’un club en besoin de cohésion et de confiance avant tout. Passons maintenant aux acteurs du jeu. Le CA s’est produit chez les Aghlabides avec une défense quelque peu décimée. En clair, Lassaad Dridi n’a pu recourir aux Fakhreddine Jaziri (opéré), Ghazi Abderrazzek, Adem Taoues et Ayoub Tlili. Toujours dans le même ordre d’idées, volet Onze rentrant, le plateau technique a ainsi lancé d’entrée les Laabidi, Agrebi, Chiheb Salhi et Mokhtar Belkhiter en première ligne, ainsi que Ahmed Khalil, Khalil Kassab, et Wissem Ben Yahia plus haut, ces derniers ayant pour rôle de servir de rampe de lancement aux Wajdi Sahli, Bilel Khefif et le buteur clubiste Bassirou Compaoré.

Effet de surprise et conséquences

Quid des locaux ? Chapitre avant match, les choses ne s’annonçaient pas de tout repos pour la JSK. Et pour cause, il semblerait que la délégation kairouanaise aurait été surprise et prise de court par la décision radicale des tenants du lieu d’hébergement de l’équipe, 24 heures avant le match. Bref, l’hôtelier en question aurait menacé d’expulser la délégation de la JSK pour impayés (ambiance !). Passons maintenant au déroulé du match. Le premier fait saillant n’a pas tardé. 3’, Khalil Kassab ouvre le score pour le CA. Les Clubistes annoncent la couleur d’entrée. Pour un match de Coupe, l’explication débute sur les chapeaux de roue. Par la suite, la JSK avance d’un cran mais le CA tient bon. Les locaux insistent mais le gardien clubiste repousse trois occasions nettes de scorer. A force de tergiverser, la JSK s’expose au contrecoup. 40’, Wajdi Sahli corse la note. Le CA mène (2-0). On en restera là pour ce premier half. Même scénario de retour des vestiaires. Le CA impose son froid réalisme et la JSK se montre volontaire sans plus. 65’, Ahmed Khalil enfonce le clou. La JSK est K.O et ne répond plus ! En plus, on n’est jamais mieux trahi que par les siens, volet Ahmed Khalil (Aghlabide pure souche). Sur ce, le match est donc plié avant l’heure. La JSK étant loin du compte. Le CA, quant à lui, est décidément une équipe de Coupe. Arrivera-t-il au bout ? Les fans croisent les doigts. Le mot de la fin est en rapport avec le portier Noureddine Farhati. Un vrai dernier rempart qui a permis à son équipe de garder la main lors des moments forts de la JSK.

Charger plus d'articles
Charger plus par Khaled KHOUINI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire