Un enseignant exerçant dans une école primaire dans le gouvernorat de Jendouba a été placé en garde à vue pour suspicion de harcèlement sexuel à l’encontre de 14 élèves qui l’accusent d’avoir commis des agressions verbales, physiques et sexuelles, selon le procureur de la république près du tribunal de première instance de Jendouba, Lassaad Rabii.
« L’enseignant suspecté a été interrogé par la police judiciaire, aux côtés des 14 élèves accompagnés de leurs parents », a déclaré le procureur de la république à la correspondante de l’agence TAP.
Il a précisé que l’accusé avait des précédents administratifs et judiciaires pour les mêmes délits, entraînant sa mutation en 1994 à une autre école dans le même gouvernorat, après avoir fait l’objet également d’une plainte pénale plus tôt cette année pour le même motif.
La commissaire aux affaires de l’enfance dans la région avait ouvert une enquête après avoir été informé des abus. Elle avait transmis le dossier, après achèvement des procédures, à l’attention de la Direction régionale de l’éducation de Jendouba qui a alerté de son côté le parquet.
Pour sa part, le commissaire régional à l’éducation de Jendouba, Riyad Oueslati, a déclaré  qu’il avait décidé, depuis les vacances d’hiver, de placer en garde à vue l’enseignant.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *