L’entraînement à la vapeur d’eau et l’hydrodistillation sont des procédés d’extraction ou de séparation de certaines substances organiques parmi les plus anciens, apportés par les Arabes au IXe siècle. Cette opération s’accomplit dans un alambic où la méthode est basée sur l’existence d’un azéotrope de température d’ébullition inférieure aux points d’ébullition des deux composés purs pris séparément. Ces deux termes n’ont pas la même signification. «Hydrodistillation» désigne la distillation d’un mélange hétérogène d’eau et d’un liquide organique. Au cours d’un entraînement à la vapeur, un flux de vapeur d’eau est injecté au contact d’un liquide organique. Ce dernier est chauffé par la vapeur d’eau puis distillé avec elle. «Entraînement à la vapeur» implique le but d’emporter avec la vapeur d’eau les constituants volatils des produits bruts. La vapeur détruit la structure des cellules végétales, libère les molécules contenues et entraîne les plus volatiles en les séparant du substrat cellulosique. La vapeur, chargée de l’essence de la matière première distillée, se condense dans le serpentin de l’alambic avant d’être récupérée dans un essencier (vase de décantation pour les huiles essentielles). Les parties insolubles dans l’eau de condensation sont décantées pour donner l’huile surnageante (ou huile essentielle).

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Magazine La Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *