ENTRÉE dans une ère de violence et de haine depuis les deux fameux assassinats politiques de Chokri Belaïd et de Hadj Mohamed Brahmi, la Tunisie ne cesse de se mordre la queue à la recherche d’une discipline administrative policière et d’Etat qui permette de rétablir l’ordre et la hiérarchie sans retomber dans la dictature et la répression d’antan.

Tout porte à croire qu’un monstrueux réseau kafkaïen envahi par l’idéologie jihado-terroriste et que soutiennent les organisations et groupuscules les plus disparates s’est installé en Tunisie et exécute, de temps à autre, impunément ses initiatives destructrices dont personne n’affirme contrôler le destin : c’est-à-dire ni l’initiative ni les objectifs ou la finalité exacte.

Notre «terrorisme» échappe désormais à tout bon sens pris dans une extrême folie d’autodestruction qui a fini par mettre totalement fin à tout esprit organisé, en une cacophonie de feu et de sang qui s’applique à détruire l’Etat dit «consensuel» et menace une à une ses institutions.

Qui sont ceux qui se sont fait exploser au Lac 2 ? Qui est derrière l’attaque ? Qui visait qui et pourquoi ? Et surtout à qui cela pourrait profiter ?

Personne aujourd’hui n’est capable, qu’il soit de gauche ou de droite, islamiste pacifiste ou terroriste, d’affirmer avec certitude et conviction qui est le commanditaire ou quels sont les instigateurs d’une initiative sans fin, et qui ne répond en fait absolument à aucun intérêt ni islamiste, ni arabe, ni patriotique, ni régional ni encore mondial dans l’entendement de nos intérêts communautaires.

Charger plus d'articles
Charger plus par M’hamed JAIBI
  • Dans la gueule du loup

    LE mouvement Ennahdha ne laisse pas beaucoup de choix au Chef du gouvernement : élargir so…
  • Imbroglio

    ON a beau épiloguer sur les conclusions à caractère administratif, parlementaire ou même j…
  • L’usage qui perdure

    Les dirigeants d’Ennahdha martèlent pratiquement le même message sur un ton sévère et sent…
Charger plus dans Editorial

2 Commentaires

  1. karabaka youssef

    11/03/2020 à 08:09

    Démons, sales, ils perdent leurs vies et alakhira. il ne représentent plus l’Islam.

    Répondre

  2. Dr. Ezzeddine Moudoud

    11/03/2020 à 23:02

    Encore une fois, très beau commentaire sur un trés fort edito. Kafka lui-même, si approprié ici, y perdrait « les pédales », comme moi, son plus grand admirateur depuis toujours!!! Car et quand ça devient si « SURREALISTE », on se pose toujours la même question: « Pourquoi? ». Depuis la nuit des temps, toute révolution a toujours eu un prix à payer (en termes de « larmes et de sang ») , pour renverser les dictatures et changer les systèmes sociaux pour plus de justice, etc., etc…en tout cas leurs objectifs déclarés…. Mais là, on tue pourquoi, pour qui? Aucune révolution au monde, ne peut survivre ce cycle infernal, on est en 2020, pas en 2011. La nôtre, si elle veut continuer à porter l’espoir de notre people et la renaissance de la nation de BOURGUIBA, sa grande et veille civilasation doit decider une fois pour toute: qu’est-ce qu’on fait de ces chiens d’islamistes? Nos nations du Magrheb, surtout l’Algérie…en savent quelque chose…on ne tue pas pour tuer…on n’est pas des barbares….on tue pour libérer nos nations, comme la résistance en France, ainsi qu’en PALESTINE, toujours occuppée, par ailleurs !!! Mais ces chiens, tuent pourquoi…. ? Maître Chokri Belaid et Hadj Mohamed Brahimi, ne seront jamais oubliés. Seront-ils un jour vengés? On verra…seul le TOUT PUISSANT le décidera,,,

    Répondre

Laisser un commentaire