Le staff technique et médical a concocté un programme d’entraînement que les joueurs suivent à la lettre depuis chez eux. Le préparateur physique, Sabri Bouazizi, supervise les opérations.

C’est une guerre d’un nouveau genre que l’humanité mène depuis que le coronavirus a fait sa première apparition en Chine à la fin de l’année 2019 et qui fait ravage dans le monde entier. Les footballeurs, comme les autres sportifs, ont dû arrêter la compétition et se confiner chez eux.

Mais eux-mêmes, en particulier, ne peuvent en aucun cas arrêter les entraînements, même s’ils restent confinés chez eux.

A situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle. Si certains corps de métier ont recours au télétravail, les clubs de football, l’Espérance de Tunis notamment, ont trouvé la parade pour que leurs joueurs n’arrêtent pas les entrainements. L’idée est de concocter un programme d’entraînement spécifique et adapté, que chaque joueur doit appliquer à distance.

Deux heures d’entraînement par jour

Mouine Chaâbani, après s’être concerté avec son staff technique et médical, notamment le médecin de l’équipe et les préparateurs physiques, a mis en place un programme d’entraînement que chaque joueur doit exercer chez lui :

«C’est plutôt un programme d’entretien physique pour éviter le “désentraînement”», nous a déclaré le médecin de l’équipe, Dr Yassine Ben Ahmed.

Les joueurs s’entraînent donc chez eux à raison de deux heures par jour pour éviter les effets de la rupture d’activité: «On veut éviter d’effectuer une préparation d’avant-saison qui nécessite entre six et sept semaines, au moment de reprendre», nous a précisé le médecin de l’EST.

Sabri Bouazizi assure le suivi

A distance, sans doute, le préparateur physique de l’équipe, Sabri Bouazizi, assure le suivi du programme d’entraînement. On n’est qu’au début de ce programme qui, comme nous l’a précisé le médecin de l’équipe, est à sa première phase et qui consiste à entretenir la condition physique des joueurs. Pour définir la suite à donner et établir tout le programme de préparation, des tests physiques seront faits.

C’est dire que, si la compétition sportive est à l’arrêt, les footballeurs professionnels, notamment les joueurs de l’Espérance de Tunis, ne chôment pas pour autant. En cette période de confinement où la plupart des gens affirment s’ennuyer chez eux, Sabri Bouazizi ne peut pas dire autant. Au contraire, cette période de confinement lui a procuré une charge de travail plus importante que d’habitude. Il doit assurer un suivi personnalisé pour chaque joueur, sans compter la gestion du poids, un autre chapitre qui a son lot d’importance.

Bref, tout un programme pour le staff médical et les préparateurs physique, Sabri Bouazizi en particulier, qui n’a pas le temps de s’ennuyer en ce moment.

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire