Le paysage est unanime dans cette première journée de grève des transporteurs de carburant avec des kiosques vides depuis hier soir. Cette grève qui se poursuivra jusqu’à samedi risque de peser lourd sur l’activité économique et sur la vie des citoyens. Les négociations se sont terminées tard dans la soirée d’hier sans parvenir à un accord qui satisfait les deux parties, selon Mohamed Fethi Zouari, président de la Chambre de transport des produits dangereux relevant de l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA).

M. Zouari dénonce un retour au point de départ puisque que la Fédération Nationale du Transport relevant de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) n’a pas voulu signer le procès-verbal même après l’accord sur les principales revendications, selon ses dires. Ces revendications concernent essentiellement les augmentations de salaires et le classement du transport du carburant sur la liste de transport des produits dangereux.

Grève des transporteurs du carburant (Photos : Salma Guizani)

Selon M. Zouari, de nouvelles revendications se sont ajoutées pour concerner d’autres catégories de métiers comme le convoyeur, l’électricien et le mécanicien. « Nous nous sommes éloignés du problème principal et nous sommes retournés au point de départ. Ce sont des revendications exorbitantes », affirme-t-il. S’agissant de la prime de risque que les transporteurs de carburant revendiquent, il indique qu’il s’agit plutôt d’une prime spécifique qui est en train d’être débattue.

De même, il a souligné que la revendication relative à un convoyeur qui accompagnerait le chauffeur n’est pas réaliste. « Si vous voyez les expériences à l’échelle internationale, le chauffeur travaille toujours seul. Il s’occupe du chargement, du déchargement et de la livraison. En plus, le code de la route n’exige plus d’avoir un compagnon du chauffeur », précise-t-il.

M. Zouari s’est montré peu optimiste quant à une annulation prochaine de la grève, estimant que « l’Ugtt a choisi l’escalade ». Il indique que la chambre compte tenir une réunion avec les sociétés de transport pour parvenir à une stratégie commune afin de pallier le blocage actuel. Cette réunion devra se tenir aujourd’hui.

 

Charger plus d'articles
Charger plus par Maha Ouelhezi
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *