Quand la culture du buzz, la recherche effrénée du scoop et la course folle en vue de la réalisation de l’audience la plus large l’emportent sur les considérations scientifiques à respecter scrupuleusement en matière de lutte anticoronavirus, il n’est plus étrange d’assister quasi quotidiennement à ces dérapages médiatiques qui risquent de saborder la stratégie nationale antipandémie dans son ensemble, et de faire échouer la grande mobilisation citoyenne qui l’accompagne.

Quand des animateurs spécialisés dans les variétés du showbiz s’autoproclament « prédicateurs » anticoronavirus, s’autorisent à inviter sur leurs plateaux talk-show des médecins se disant spécialistes sans aucun rapport avec la pandémie, laissent répandre un discours totalement opposé à celui produit jusqu’ici par le ministère de la Santé, voire accusateur d’échec annoncé de la stratégie suivie par abdellatif Mekki et ses deux lieutenants les plus médiatisés, nissaf Ben aleya et Chokri Hamouda, et n’hésitent pas à empêcher la seule spécialiste présente sur le même plateau de s’exprimer pour rectifier leurs erreurs et errements ou au moins pour fournir les derniers chiffres officiels sur les cas contaminés ou sur les conditions de confinement des citoyens de retour de l’étranger, il est naturel de voir la cacophonie régner, d’assister à des échanges verbaux d’une brutalité indigne des praticiens qui respectent et leur profession et le public auquel ils s’adressent et de constater la profusion d’un discours qui sème le doute, la méfiance et le désarroi parmi les «centaines de milliers de téléspectateurs qui ont choisi de suivre l’émission bien qu’elle ait dépassé l’horaire qui lui était assigné », comme le soulignait fièrement l’animateur du talk- show. Certes, des voix vont s’élever pour insister sur le principe de la liberté d’expression, du choix des invités par les TV, loin de toute tutelle ou mainmise d’une quelconque partie, une augmentation qui se fonde sur l’ambiance démocratique qui prévaut en Tunisie et sur la diversité indispensable des idées et des approches. Sauf que ces observations ou remarques, si légitimes
et compréhensibles soient-elles, ne peuvent être convaincantes dans la situation actuelle où se trouve le pays dont les citoyens, toutes tendances, appartenances ou spécialités confondues, doivent constituer une armée de soldats solidaires et homogènes derrière un commandement unifié tenant un discours clair, concis et surtout accessible à tous, loin de toute propension à l’instrumentalisation politique de la pandémie ou de recherche d’exploit ou d’illustration personnels.

Charger plus d'articles
Charger plus par Abdelkrim DERMECH
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire