Grâce à la révolution, personne n’est plus en droit de dicter à la presse sa ligne de conduite ou les domaines où elle intervient

La liberté de la presse est une revendication essentielle des peuples comme l’un des outils les plus à même d’assurer la propagation de la liberté d’expression et des attentes démocratiques et sociales.

Cette liberté, qui n’a pas toujours été convenablement respectée à travers les âges, est désormais sacrée, de par plusieurs dispositions de la Constitution de 2014, et protégée par des législations spécifiques et des recours judiciaires souvent efficaces.

Mais il est tout de même essentiel de rappeler, en ce 3 mai, journée de la liberté de la presse, que les forces occultes en tous genres n’acceptent cette liberté qu’à contrecœur et qu’elles combattent farouchement, et par tous les moyens, nos chevaliers de la plume.

D’où la montée au créneau, à chaque fois, de nos syndicats des journalistes et de la presse pour rétablir la vérité. Surtout que dans certains domaines, les mauvais traitements, parfois les arrestations et les pressions sont inquiétants pouvant mettre en cause jusqu’à l’intégrité physique. Ces extrêmes sont notés dans des domaines spécifiques comme la corruption, le banditisme, le journalisme d’investigation et la traque des services de renseignements, cet espace hors-la-loi où tous les dérapages sont permis.

Mais la liberté de la presse ne se suffit pas de vouloir l’exercer, il faut aussi avoir les moyens matériels et moraux permettant cet exercice, et notamment un salaire digne et une couverture sociale convenable, ce qui, à ce jour, n’est pas l’apanage de tous nos journalistes, Sans parler de ceux qui sont payés à l’article, parfois contre des sommes dérisoires.

Enfin, la liberté de la presse ne se nourrit que de la qualité de son contenu. Ce qui nécessite d’être parfaitement bien informé et d’avoir, en permanence, la possibilité de vérifier les informations et de revenir aux références qui s’imposent.

Un contenu à la hauteur des enjeux

La liberté de la presse a enregistré, grâce à la révolution, un grand bond en avant qui ne permet plus à quiconque de lui dicter sa conduite ou d’incurver sa ligne. Cependant, la profusion des informations politiques, les polémiques partisanes, les controverses mal fondées et les chiffres et performances prétendues restent un point faible flagrant que traînent parfois nos médias comme autant de casseroles.

Mais pour garantir à notre presse un contenu performant, il est nécessaire d’adopter une approche intégrée qui implique l’ensemble des acteurs de la société, grâce à un accès à l’information spécialisée et aux expertises qui permette une authenticité des références capable d’élever le niveau de nos débats et de nos résolutions.

Charger plus d'articles
Charger plus par M’hamed JAIBI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *