L’entraîneur parle de son équipe et de ses réticences et propose de jouer les matches restant à Tunis.

L’ESMétlaoui est parmi les équipes ayant émis des réserves quant à la proposition de la FTF de jouer le reste des matches du championnat sur les terrains de la région du Grand-Tunis.  «Des dix matches restant du championnat, six devraient avoir lieu chez nous. Et encore, nous aurons à affronter sur notre propre pelouse des adversaires directs concernés par la régulation, à savoir le  CAB, la JSK,  le CSHL en plus des deux novices ASSoliman et CSChebba. En remportant 4 des 6 matches à domicile, nous assurerons le maintien. Certes, nous occupons la dernière place, mais avec un total de 10 points ; nous sommes devancés d’un point par le CAB, de deux points par la JSK, le CSHL et de trois points par l’USTataouine. Une fin de course très serrée, attractive et spectaculaire», estime Mohamed Kouki, entraîneur de l’ESM qui précise que la proposition de la FTF est illogique. «Une fois appliquée, elle ne fera que nuire à l’égalité des chances. Toutefois, en jouant à domicile, même à huis clos, c’est nettement meilleur pour notre équipe que de disputer les dix matches restants du championnat à Tunis sur un terrain inconnu», a ajouté Kouki.

Pourquoi l’ESM?

Dès son retour à Tunis, Mohamed Kouki a été contacté par six clubs, à savoir l’ASSoliman, l’USTataouine, le CAB, la JSK, l’USBGuerdane et l’ESMétaloui, mais il n’a accepté que l’offre de Métlaoui. « En revenant à Tunis, j’ai décidé de me reposer. J’ai été un peu dégoûté après mon aventure en Arabie saoudite en dépit de l’accession du Club Dhamak en division nationale pour la première fois dans son histoire. Continuant sur sa lancée, l’équipe a réalisé de bons résultats en division nationale. Elle est parvenue à battre deux des meilleures équipes du pays, à savoir Ittihad et Achabab. Néanmoins, après un premier faux pas, j’étais sévèrement critiqué, alors j’ai décidé de plier bagage. J’ai accepté l’offre de Métlaoui en raison de la bonne relation avec ses responsables. Nous nous sommes mis d’accord à faire tous de nos mieux pour que l’équipe se maintienne en division nationale», a confié le coach Kouki.

Les meilleurs indisponibles

En prenant l’équipe, Mohmad Kouki a trouvé que les meilleurs sont indisponibles à cause des blessures chroniques».  Le stage d’une semaine effectué à Sousse a donné ses fruits. Les blessés se sont rétablis, l’équipe s’est alors retrouvée. D’ailleurs, elle a fait un beau match de coupe contre l’ESS. Elle s’est qualifiée aux tirs au but après le nul (2-2). Une qualification encourageante qui a donné satisfaction à tous les niveaux. Malheureusement, l’épidémie du coronavirus nous a coupé l’élan»,  a enchaîné Kouki qui, en parlant de son avenir, a précisé qu’il attend la fin de ce championnat pour voir avec les responsables de Métlaoui. «Je n’ai pas de contrat. Je suis venu dans le but de continuer les dix matches du championnat tout en essayant de sauver l’équipe. On verra par la suite, car j’ai de très belles offres émanant des clubs saoudiens après mon départ du Club Dhamak », a conclu l’entraîneur Mohamed Kouki.

Salah KADRI

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire