Le nombre des malades inscrits sur la liste d’attente de la greffe de reins s’élève à 1.600.
Une séance de travail ayant pour thématique principale la promotion de la transplantation d’organes s’est tenue le vendredi dernier au siège du ministère de la Santé en présence du ministre de la Santé par intérim Sonia Ben Cheikh, du directeur général du Centre national pour la promotion de la transplantation d’organes (Cnpto), Tahar Gargah, ainsi que d’autres spécialistes dans le domaine.

Le directeur général du Centre national pour la promotion de la transplantation d’organes a mentionné lors de cette rencontre que la réunion avec la ministre et les spécialistes du domaine s’est tenue dans l’objectif de débattre des possibilités de coordonner entre les différents services hospitaliers et le Centre national pour la promotion de la transplantation d’organes afin de réussir les opérations de greffe. Il y a lieu de rappeler, à ce sujet, la réussite de la dernière opération de transplantation qui s’est déroulée le 25 avril dernier suite au décès d’un patient qui a permis de réaliser quatre greffes d’organes.

« Nous considérons que la transplantation et le don d’organes sont un moyen efficace de guérison, en particulier pour le problème de l’insuffisance rénale chez l’être humain et cette réunion a permis de discuter de certains points afin de mettre en relief l’état des lieux et les obstacles rencontrés en ce qui concerne la transplantation d’organes en Tunisie », a souligné le directeur général du Cnpto.

M. Gargah a affirmé, par ailleurs, que parmi les obstacles rencontrés, on note la nécessité de restaurer les centres de transplantation d’organes en Tunisie ainsi que les ressources humaines et l’infrastructure qui constituent un vrai problème outre la résistance et le rejet de l’idée du don d’organes chez la majorité des citoyens qui représentent l’obstacle le plus important au développement de l’activité des transplantations en Tunisie.

Et de poursuivre : « Lors de cette réunion avec la ministre et les spécialistes, nous avons mis l’accent sur l’importance d’appliquer la loi de responsabilité médicale et d’apporter l’aide et l’appui nécessaire afin de promouvoir et dynamiser l’activité du Centre national pour la promotion de la transplantation d’organes Cnpoto qui est appelé à œuvrer en collaboration avec la société civile afin de sensibiliser les citoyens au don d’organes et d’inculquer cette culture dès le jeune âge chez les enfants ».

Gargah a ajouté que depuis le début des opérations de greffe en Tunisie, on compte 1800 transplantations d’organes depuis 1986, et 21 opérations de greffe de reins et 7 greffes de foie depuis le mois de janvier dernier. Le nombre des malades inscrits sur la liste d’attente pour la transplantation de reins s’élève à 1.600. Idem pour ceux qui ont besoin d’une greffe de cornée.

Charger plus d'articles
Charger plus par Hela SAYADI
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire