L’occupation illégale de la chaussée ou du trottoir se banalise dans l’indifférence générale… Pis encore, elle se légitime et se défend aux yeux de certains.

Une photo d’une villa à Riadh Ennasr (Ariana) montre la présence de deux bacs à fleurs géants installés devant la maison sur la chaussée. Le pire dans l’histoire, c’est qu’ils sont cimentés en dur de telle sorte qu’on ne peut pas les ôter de là. Le témoignage d’un riverain qui a capturé la scène mercredi 20 mai 2020 est le suivant : «Le propriétaire de cette maison s’est approprié une partie de la chaussée en édifiant ce formidable bac à fleurs (bâti avec du ciment). Malheureusement, certaines personnes n’ont aucun respect pour les autres et ne savent pas vivre en communauté. Prière de faire le nécessaire. Il y en a marre de l’égoïsme et des incivilités de certains citoyens. Ceci se passe à la rue de la faculté».

Malgré tout, une frange de la population accorde un crédit favorable à cette situation inacceptable sur des griefs humains et moraux ! Ainsi une réplique sur les réseaux sociaux d’une résidente du quartier a annoncé la couleur : «Primo, c’est depuis plusieurs années qu’ils sont déjà installés. Secundo, le propriétaire a une personne malade et âgée qui habite dans la maison. Tertio, il y a des gens qui s’en foutent et garent leur voiture juste devant la porte sachant qu’il y a une loi dans le code de la route (si tu l’a bien appris) qui dispose de laisser 3 mètres de chaque côté dans un tournant comme celui-là». Décidément, même l’indéfendable se défend en Tunisie.  La municipalité l’entendra-t-elle de cette oreille pour agir fermement afin d’en finir avec le laxisme ? Où est la manifestation de la police municipale dans cette histoire ?

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Salem Kechiche
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire