Le retour aux entraînements de certains clubs comme l’EST, EGSG, l’ESM a marqué une longue trêve imposée par les autorités par rapport à la lutte anti-Covid-19. Sauf que ce retour de certains clubs nous paraît un peu incompris, et le plus important, en décalage par rapport aux directives de la présidence du gouvernement. Le communiqué qui énonce les décisions gouvernementales est clair : c’est à partir du 4 juin que les activités sportives de l’élite peuvent reprendre et non avant. Nous avons encore une dizaine de jours pour nous conforter aux directives de l’Etat pour la reprise. Que s’est-il passé entre-temps? Rien de clair, ni de logique au moment où on semble dépasser la période de danger. Ce que la FTF indique dans son communiqué pour relayer la reprise forcée des clubs de football (une sorte d’un fait accompli) confirme cette nuance pas très bien gérée. La FTF «appuie», en quelque sorte, le retour des entraînements en accordant le «feu vert» (encore une décision controversée!) à ces clubs sous condition de suivre à la lettre le protocole de reprise qu’elle a recommandé. Cette manière de reprendre l’activité sportive avant même la date stipulée par le Premier ministère doit être bien expliquée. Il faut éclairer l’opinion publique. De plus, nos clubs ont-ils la logistique nécessaire pour parer à des cas de contamination par le virus? On parle surtout de ces clubs aux moyens limités qui sont limite «faillite» et limite «arrêt», qui n’arrivent plus à gérer un quotidien pénible. Il y a la forme bafouée avec cette reprise avant-terme, même s’il y a, au fond, un besoin de reprendre vite et de clore cette saison. La FTF «couvre», en quelque sorte, ce retour non permis avant le 4 juin. Là, on pense que l’on doit respecter à la lettre ce que l’Etat dicte par souci de protection. Même si en réalité, plusieurs activités et secteurs ne sont pas très stricts dans l’application de ces recommandations. On attend tout de même un éclaircissement urgent, sinon la porte va être ouverte à d’autres sports et sportifs qui appartiennent, eux aussi, à l’élite et qui réclament également le retour en activité ordinaire. Et en premier lieu ces athlètes concernés par les J.O.

Charger plus d'articles
Charger plus par Rafik EL HERGUEM
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire