«Le joueur cadre doit avoir un comportement particulier. Il faut qu’il soit un taulier ayant une crédibilité. Il doit être naturellement influent tout en disposant d’une forte personnalité. Il force le respect de tout le microcosme du club et connaît l’environnement sportif sur le bout des doigts.
Or, ce genre de joueur fait défaut dans la majorité de nos clubs, et ce, contrairement aux années passées. Personnellement, lorsque j’ai entraîné l’équipe fanion du CA , je comptais sur Saber Khélifa comme joueur cadre de l’équipe. C’était un véritable meneur d’hommes. Un porte-parole pour ses coéquipiers. Je n’avais qu’à m’en remettre à lui et le courant passait à merveille.
Il m’a beaucoup aidé. C’est un leader parfait».

«Un catalyseur de groupe»
«Le joueur cadre a des qualités humaines exceptionnelles. Son apport est important pendant les moments difficiles par lesquels passe l’équipe. C’est un catalyseur qui assure la jonction entre le staff technique ou administratif et les joueurs. Beaucoup de joueurs ont assuré ce rôle dans leurs clubs. Je cite à titre d’exemple Saber Khélifa, Chokri El Ouaer, Mokhtar Dhouib, Abdelhamid Hergal et beaucoup d’autres. Malheureusement ce genre de joueur se fait rare actuellement».
Salah KA.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *