« On constate qu’il y a de moins en moins de joueurs-cadres dans nos clubs. Un joueur, même s’il possède les qualités requises pour être leader , ne peut pas s’imposer quand le minimum exigé n’est pas offert au groupe ! Les difficultés matérielles dans lesquelles se débattent les clubs en sont une cause essentielle . Un joueur-cadre est comme un grand frère pour ses coéquipiers , toujours près d’eux , à leur écoute. Il en est le capitaine. Il les rassure et les motive sur le terrain, dans les vestiaires . Il donne l’exemple par un comportement responsable , irréprochable à tous les points de vue : sacrifice , appartenance au club , sérieux, etc. Il est leur porte-parole quand il s’agit de défendre leurs intérêts. C’est quelqu’un qui doit avoir de l’expérience et le sens de la communication »

« Forte personnalité »
«Au CAB , j’ai beaucoup appris de l’ex-keeper cabiste Hassène Béjaoui qui a fait une carrière exemplaire . Ce fut aussi le cas de Chokri El Ouaer à l’ EST ou encore de Aymen Balbouli à l’ESS et en sélection pour ne citer que ceux-là. Ce sont , la plupart du temps, les gardiens de but qui jouent ce rôle. Ils ont, généralement, une forte personnalité, une denrée devenue rare aujourd’hui !
Quand l’ambiance de travail est favorable à l’épanouissement du groupe , le joueur-cadre peut maîtriser la situation mais quand elle n’est plus sereine, ça se gâte…»

Charger plus d'articles
Charger plus par Bechir SIFAOUI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *