L’Institut national du patrimoine (INP) a réagi au sujet de l’annonce de la vente aux enchères de 114 pièces du patrimoine tunisien prévues prochainement dans un hôtel parisien.

Dans un communiqué publié lundi soir, sur sa page Facebook, l’INP a « souhaité apporter des éclaircissements » sur cette affaire qui rappelons-le a été relayée ces derniers jours par certains médias tunisiens.

La vente aux enchères de pièces appartenant à un dignitaire tunisien de l’époque beylicale aura lieu le jeudi 11 juin 2020 à 14h00, à l’hôtel Drout à Paris, lit-on dans le catalogue du site www.coutaubegarie.com.

Elle concerne la « collection d’un Dignitaire Tunisien de la Cour beylicale – Ensemble de documents, ouvrages, souvenirs historiques et garde-robe ayant appartenu à Sidi Lahbib Djellouli (1879-1957), Caïd-Gouverneur de Kairouan, de Nabeul, et de Beja, puis Ministre de la Plume et Ministre de la Justice du Bey, conservée par son fils Ahmed Djellouli (1930-2011), puis par descendance et à divers ».

Les pièces du patrimoine tunisien figurent dans le chapitre « Noblesse et Royauté » et dont chacune d’entre elles est accompagnée d’une description détaillée sur son contenu et son historique. Parmi elles, on cite un exemplaire du Coran (Mushaf) de 636 pages ayant appartenu à Mohamed Moncef Bey (1881-1948) puis offert par ce dernier à Sidi Lahbib Djellouli et conservé depuis dans sa descendance directe, indique le catalogue.

Selon l’INP, « les pièces exposées n’appartiennent à aucun musée ou dépôt d’oeuvres national ». Il souligne qu’il s’agit d’une « collection privée dont la plupart d’entre elles appartenaient à Ahmed Jallouli qui est décédé en 2011 ».

L’INP dit ignorer la date à laquelle ces pièces auraient quitté le territoire national, précisant qu’aucune licence à ce sujet n’a été délivrée par le ministère des Affaires Culturelles.

Une coordination est en cours entre la direction de l’INP et l’ambassadeur représentant permanent de la Tunisie auprès de l’Unesco en vue d’empêcher la vente aux enchères de ces pièces, indique la même source.

Au cas où cette initiative n’aboutit pas, « l’Etat tunisien pourra opter par la voie diplomatique en vue d’acheter les pièces en question, lit-on encore.

L’INP indique qu’il se réserve le droit d’engager les procédures judiciaires.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire