Des élèves de terminale interrogés à la sortie du lycée approuvent les mesures préconisées par les instances sanitaires et éducatives et reconnaissent les efforts de leur établissement en matière de lutte contre la maladie du Covid-19. De bon augure, même si les choses sont loin d’être parfaites ou irréprochables.

En début d’après-midi du 5 juin, une poignée de minutes avant la fin des cours à 14 h au lycée, les salles de classes sont complètement vides. Traditionnellement, vendredi est la journée la plus courte de la semaine scolaire coïncidant avec la grande prière pour les fidèles. Ce qui explique la fin des cours vers midi. Pour vérifier la teneur des recommandations émanant du ministère de l’Education nationale affichées sur tous les murs de l’enceinte scolaire, de l’administration et de la direction, une brève inspection devient nécessaire. Toutefois, s’il y a des motifs de satisfaction suite aux témoignages des candidats au baccalauréat national rencontrés sur place, d’autres points d’interrogation concernant les manquements ont été soulevés à différents endroits. Triste et révoltant de constater une telle légèreté au moment même où la Tunisie a besoin de coudées franches pour réussir la reprise globale de l’activité économique entamée jeudi 4 juin 2020.

Bons et mauvais points

Dès qu’on descend l’escalier qui mène à la grande cour du lycée, on trouve çà et là des bavettes jetées à même le sol ce qui est inadmissible et inqualifiable. L’assouplissement des mesures et la fin de la pandémie ne doivent pas permettre  de tolérer de tels agissements. Le service d’entretien et d’hygiène de l’école doit revoir sa copie. Du reste, la poubelle spécialement destinée aux déchets pharmaceutiques est aux abonnés absents. Ensuite, au détour de l’entrée, du côté des sanitaires, force est de constater qu’il n’y a pas l’indispensable gel hydroalcoolique. Ne pas le mettre entièrement à disposition dans un endroit important pour l’hygiène des élèves et des professeurs relève d’une inconscience totale ! Les toilettes sont dans un état d’hygiène médiocre comme dans tous les espaces publics du reste.

Le décor contredit les témoignages des lycéennes interrogées à l’extérieur de l’enceinte scolaire qui affirment être régulièrement fournies en gel hydroalcoolique à chaque fois qu’elles le demandent… Une tournée dans les salles de classe montre que les choses se passent plutôt normalement puisqu’il n’y a rien à relever. La disposition des tables et des chaises est normale et ne semble pas répondre au critère de la distanciation sociale. On ne sait pas si la distance minimum de un mètre entre les élèves dans la salle de classe est respectée.

 Pourtant les élèves rencontrées devant le lycée sont formelles à ce sujet. « L’effectif de groupe de classe a été réduit. Il ne dépasse pas quinze élèves. Chacun est installé seul à une table», explique l’une d’elle. Un autre groupe d’élèves  inscrits au lycée pilote limitrophe d’El Menzah VIII agglutiné devant l’établissement  ne cache pas sa satisfaction. Ces futures pépites tunisiennes parlent à tour de rôle pour montrer que leur lycée fait fort en la matière. « Les gels hydroalcooliques sont disponibles. On nous prend la température à l’entrée avant d’accéder à l’intérieur du lycée», affirme Emna, 18 ans, assise à l’ombre sur le rebord de l’enclos de l’établissement d’El Menzah VI. Héla, jeune brune, renchérit à souhait: «On nous offre également des sandwichs pendant la pause vers midi pour nous permettre de manger sur place sans avoir besoin de sortir acheter de la nourriture dans les fastfoods environnants. On termine les cours de façon idéale !». Elles sont unanimes à reconnaître que les conditions d’accueil et de déroulement des cours sont impeccables. Une autre ambiance en somme.

L’impression générale qui se dessine après avoir parcouru le lycée de fond en comble est qu’il n’y a pas un grand chamboulement dans les salles de classe ou la cour d’école. Aucune modification, pas même d’un iota. On y trouve des corbeilles remplies de masques chirurgicaux et bavettes jetables. La propreté qui devrait être le mot d’ordre n’a pas enregistré une amélioration nette qui donne pleine satisfaction…On exige beaucoup plus d’efforts en matière de respect des recommandations sanitaires afin d’éviter tout  relâchement.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Salem Kechiche
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire