Un véritable défi, relevé avec succès par les compositeurs Jihed Khemiri, Makrem Radhouani et Godzy, mais également par les rappeurs qui ont su introduire leurs rimes avec subtilité et fluidité.

Après Hédi Donia en ouverture suivi le lendemain par un concert de Gultrah Sound System Band, c’était au tour de Erkez hip-hop du collectif Debo de passer sur la scène des Nuits de l’Europe. Une deuxième édition 100% numérique pour cet événement, organisé en marge de la semaine de l’Europe, qui propose, depuis le 22 et jusqu’à aujourd’hui 26 juin, une série de concerts d’artistes tunisiens de différentes générations et autres univers.

Produit par Debo, Erkez hip-hop est un projet musical de fusion qui réunit une bande d’amis qui ont déjà collaboré dans pas mal d’autres projets.

Sa particularité est de rassembler deux registres sonores différents : la musique urbaine (rap et hip-hop) et le mezoued.

Deux univers disparates certes, mais qui ont en commun leur ancrage pop.

En rencontrant l’authenticité et le lyrisme du mezoued représenté par le bendir de Imed Rezgui et Akram Ghdhab, la darbouka de Mohamed Ghazi Dhrif et le mezoued de Montassar Jebali, le rap de Vipa, Massi et Tiga Black’na propose des rimes révoltées et contestataires, le tout relevé par la batterie de Youssef Soltana, la basse de Marouan Soltana et la guitare de Ayoub Rekik.

Musicalement, l’expérimentation n’est pas évidente de faire se rencontrer des musicalités aussi différentes. En effet, le mezoued a son propre rythme et se joue sur des gammes spécifiques, un véritable défi, relevé avec succès par les compositeurs Jihed Khemiri, Makrem Radhouani et Godzy, mais également par les rappeurs qui ont su introduire leurs rimes avec subtilité et fluidité. Bravo !

Charger plus d'articles
Charger plus par Meysem MARROUKI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire