Lundi soir à l’espace Carmen de Tunis, sera donnée en première «SDF», une nouvelle création de Nasreddine Al-Hajjaj, interprétation de Manal Al-Riahi, Ali Al-Hajjaj, Nidal Faraj, Nizar
Al-Kasho et Shakeeb Al-Ghanimi.

Sur un banc public au centre de la capitale, ils se retrouvent… «Ali», le rêveur et «Khadija», la femme ordinaire, sont des sans-abri, ayant pour seul refuge leurs visions du monde et de la vie.

Entre le réalisme de Khadija, sa vie routinière et son attachement au sac en plastique qu’elle a perdu, et l’intellectuel rêvant d’une grande mort qui graverait son nom dans les mémoires, ce fut la rencontre. Les événements de la pièce tournent autour de l’absurdité de l’attente, une attente sans sens et sans raison. L’attente d’un rêve sans espoir d’être réalisé qui les lie et les accompagne dans cette quête.

Ali attend une mort éternelle et glorieuse. Il cherche de l’aide dans ses pensées. Il demande l’aide de Khadija, il lui apprend à rêver et dans cette poursuite commune de leur épanouissement… ce vieux banc public et abandonné se perd.

Charger plus d'articles
Charger plus par Asma DRISSI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire