L’hésitation de Roger Lemerre a fini par agacer les dirigeants étoilés. Dans l’entourage proche du club, la piste Benzarti a été évoquée.

Alors que son nom avait circulé au mois d’avril, les dirigeants étoilés se sont pressés de dire que Faouzi Benzarti était une piste infondée. En ces temps-là, un seul nom a été avancé comme piste sérieuse : le technicien Ahmed Ajlani, entraîneur de la formation marocaine, Olympique Khouribga.

Une piste qui a fini par être abandonnée, sans doute à cause de l’indisponibilité d’Ahmed Ajlani dont le séjour au Maroc a dû être prolongé à cause de la pandémie du Covid-19.

Entre-temps, il y a eu du changement au niveau du staff technique. La direction du club s’est séparée sans raison valable de l’entraîneur adjoint, Imed Ben Younès. L’équipe première a été confiée à Naoufel Chebil avant que le staff technique ne soit renforcé par l’arrivée de Mohamed Ali Nafkha au poste de d’entraîneur adjoint.

Le staff technique conduit par Naoufel Chebil assurera l’intérim jusqu’à la nomination d’un nouvel entraîneur en chef. Jusqu’à il y a une semaine, Roger Lemerre était le mieux placé pour prendre les rênes de l’équipe de l’aveu même de Ridha Charfeddine qui a affirmé dans une interview accordée à la page officielle du club sur les réseaux sociaux que le technicien français est la piste la plus plausible, si ce n’est confirmée pour prendre en main de l’équipe. Sauf que Lemerre s’est montré hésitant. L’équipe a trop rajeuni à son goût. Et bien que la direction du club soit parvenue à convaincre Yassine Chikhaoui et Hazem Haj Hassen de rester, le Français n’a pas été rassuré pour autant.

Retournement à 180°

Au mois d’avril, Faouzi Benzarti n’était pas le bienvenu à Sousse. Une piste infondée, laissaient entendre les dirigeants étoilés. Pour bon nombre de dirigeants et même dans le sillage proche du club, Ridha Charfeddine ne devait pas confier de nouveau les rênes de l’équipe au technicien qui a causé sa perte. La mauvaise entame de la saison sous la houlette de Faouzi Benzarti a laissé des séquelles et l’équipe ne s’est jamais remise en championnat bien que cinq entraîneurs se soient succédé à sa tête. Il faut dire aussi que les mauvaises performances de l’ESS au début de la saison ne sont pas les seules causes de sa perte. La mauvaise gestion et notamment l’instabilité du staff technique n’ont pas aidé à sortir l’équipe du gouffre au niveau local. Et quand les choses se sont bien passées sur le plan continental, les responsables étoilés n’ont pas trouvé mieux que de remercier Juan Carlos Garrido au moment où il a qualifié l’équipe, première de son groupe, aux quarts de finale de la C1 africaine.

Aujourd’hui, le flottement du bureau directeur dans la prise de décision se poursuit. Si on affirmait au mois d’avril que l’idée de faire revenir Benzarti n’a pas effleuré l’esprit de Ridha Charfeddine, dans l’entourage proche du club on soutient ces jours-ci le renouvellement de l’expérience avec celui qui a mal entamé la saison. Pour rappel, la direction de l’ESS s’est séparée de Benzarti à la fin de mois de septembre dernier au lendemain de l’élimination de l’équipe aux 16es de finale de la Coupe arabe des clubs champions par « Shabab Al Ordon ». Aujourd’hui, certains proches du club approuvent son retour aux commandes même si Roger Lemerre demeure la piste privilégiée de Ridha Charfeddine. Le premier dirigeant étoilé est, toutefois, agacé par le comportement du technicien français qui n’arrive pas à se décider. Les jours à venir nous diront si Benzarti sera finalement retenu. Tout dépendra de la décision finale de Lemerre. Attendons voir !

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire