Les diplômés de l’enseignement supérieur ont bénéficié du gros lot de financements octroyés, soit 50% du volume total des investissements. L’entrepreneuriat féminin est un axe sur lequel travaille la banque pour mieux soutenir l’autonomisation économique de la femme. Sa part est estimée au tiers de l’ensemble des financements « Mourabha ».

Il semble que les produits de la finance islamique, lancés par la Banque Tunisienne de Solidarité (BTS), ont réussi à avoir une part de marché des microcrédits. Selon la BTS, 1.633 financements «Mourabha » ont été octroyés à fin mars 2019, soit 60 millions de dinars. Cela a permis de créer 3.105 emplois. Indiquons que la Mourabha est un contrat de vente au prix de revient majoré d’une marge bénéficiaire connue et convenue entre l’acheteur et le vendeur.

La BTS souligne que le secteur des services est celui qui a enregistré le plus grand nombre de financements accordés, avec une part de 58%. On précise que 38% de ces financements sont destinés au secteur des petits métiers. Ils concernent des domaines divers, tels que le commerce, la transformation du marbre, le recyclage des déchets plastiques, la transformation des produits alimentaires, l’électronique, la maintenance des engins et la mécanique automobile.

Booster l’entrepreneuriat

La banque indique également que les diplômés de l’enseignement supérieur ont bénéficié du gros lot de financements octroyés, soit 50% du volume total des investissements. L’entrepreneuriat féminin est un axe sur lequel travaille la banque pour mieux soutenir l’autonomisation économique de la femme. Sa part est estimée au tiers de l’ensemble des financements « Mourabha ».

En ce qui concerne le nouveau produit de la BTS « Ijara », on indique que 620 projets ont été financés à fin mars 2019, pour un investissement total de 24 millions de dinars. Il s’agit d’un contrat entre la banque, en tant que propriétaire, et le client, en tant que locataire pour acquérir des actifs immobiliers en contrepartie d’un loyer ou rémunération.

A noter que la finance islamique est encore un secteur à grand potentiel en Tunisie. Une loi a été promulguée en 2016 pour organiser cette activité. On estime la part de la finance islamique dans le marché financier en Tunisie à 5% avec l’objectif d’atteindre 15%.

Charger plus d'articles
Charger plus par Maha Ouelhezi
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire