Sahriyet été 2020 à Hammamet se poursuit avec la même intensité avec au programme du mercredi 12 août 2020 le second spectacle du projet « les rencontres Act Now » avec au menu deux concerts de musique « Khoumadha » de  Moncef  Ben Messaoud et « Hybrid Loops » de Mohamed Amine Khaldi.

D’abord guitariste autodidacte, Moncef Ben Messaoud découvre à l’Institut supérieur de musique de Tunis le cor et d’autres instruments à vent dans des rencontres quasiment amoureuses. Il perfectionne ses capacités d’instrumentiste auprès des meilleurs spécialistes jusqu’à en devenir un lui-même. Ses participations en tant que premier instrumentiste ou soliste se succèdent, affirmant son talent et l’imposant auprès des orchestres nationaux les plus prestigieux. Il se définit comme musicien polyvalent, acteur, jouant de la guitare, des instruments à vent et de la MAO (Musique Assistée par Ordinateur). Son projet « Khoumadha » mélange les genres et les sonorités, en vue d’offrir en partage du plaisir et de la nouveauté…  

 À l’âge de onze ans, Mohamed Amine Khaldi découvre le luth tunisien qu’il apprend à jouer dans divers clubs publics de musique de sa ville natale, Kébili. À l’Institut supérieur de musique de Sousse, il éprouve une attirance spontanée pour le violon alto. La fin de sa période de formation est aussi le temps des découvertes d’autres instruments, d’autres manières de créer de la musique, y compris la MAO (musique assistée par ordinateur).

Poly-instrumentiste, il joue non seulement du luth tunisien, son premier amour, mais aussi de la guitare, de la basse, du violon, de l’alto et du clavier. Sollicité pour des collaborations avec plusieurs artistes, notamment le groupe Ghoula, il fait partie du groupe Gultrah Sound System.

Son premier projet personnel, « Hybrid Loops », est une performance unissant l’acoustique et l’électronique. Il s’agit pour lui de créer un univers grâce à l’expérimentation de nouvelles sonorités : synthèse sonore, sound design et sampling, qui multiplient les combinaisons et ouvrent le champ du possible à l’infini…     

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire