Sahriyet été 2020 à Hammamet ont réservé la part belle aux créations des jeunes artistes tunisiens à travers la programmation de soirées consacrées aux œuvres réalisées dans le cadre du projet Act Now, tout au long de la période hivernale écoulée.

Et c’est dans le cadre de ce projet que Sahriyet été 2020 à Hammamet a présenté la 3e soirée de Act Now avec au programme Thepsis (Théâtre mime) de Mohamed Salah Madani à la salle de projection du Ccih, suivie du spectacle de musique et de chant de Kerkennah : «Errayes» de Majdi Sassi et Ahmed Adsi aux Jardins des Arts du Ccih.

Dans la famille Madani, le théâtre est omniprésent. Mohamed Salah ne déroge pas à la règle. Dramaturge et metteur en scène, il tente de remonter aux sources et de trouver le moyen de resituer l’art dramatique dans son milieu d’origine, à savoir la cité. Mohamed Salah Madani tente dans son œuvre de trouver le moyen de faire parler le silence dans un spectacle de mime qui tend à exprimer une idée, une histoire, des caractères, des sentiments, des malentendus et des situations absurdes, sans avoir recours au discours. Deux personnages, incarnés par Assala Sayadi et Seïf Eddine Sebaï, revisitent le théâtre et appellent à retrouver le plaisir de découvrir une représentation. La pièce qu’ils ont jouée s’inscrit dans le réel, sorte de miroir où la conscience de soi et de ses responsabilités prend forme dans une succession de tableaux dynamiques.

Travaillant tous deux depuis plusieurs années dans le domaine du folklore rattaché à leur archipel natal, Kerkennah, Majdi Sassi et Ahmed Adsi allient dans leur spectacle plusieurs arts : musique, poésie, comédie, danse. Accompagnés d’un poète, d’un groupe de comédiens, de musiciens et de danseurs, ils mettent en scène un patrimoine précieux à travers la représentation du mode de vie d’un pêcheur, «Errayes», qui symbolise par son métier, l’archipel, ses ressources et l’usage que les habitants en font, ainsi que la précarité d’un quotidien rythmé par les aléas de la nature.

Un art et une philosophie de vie en contact direct avec l’environnement et dans le respect de la nature nourricière qui méritent d’être préservés, mis en lumière, rappelés à la mémoire individuelle et collective…

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire