Les réductions les plus importantes concernent les articles de la collection de l’année dernière qui ont été dépoussiérées avant d’être exposées dans les devantures des boutiques. Par contre, les articles de la nouvelle collection n’ont pas été soldés.

Les soldes d’été, démarrés le 7 août, se poursuivront pour certaines boutiques de prêt-à-porter jusqu’au début du mois de septembre. Les réductions ont atteint 50% pour la deuxième et dernière démarque. Pour d’autres boutiques installées dans des centres commerciaux, la dernière démarque a été fixée à une réduction de 70% sur certains articles.

Dans l’une des boutiques de chaussures pour femmes qui se trouve au centre-ville, les prix affichés sur certaines paires de mules, sandales et chaussures d’été varient entre 40 et 80 dinars la paire avec une réduction d’au moins 20%. Idem pour les sacs exposés dans les devantures et qui font partie de l’ancienne collection. Les prix affichés sont relativement élevés par rapport à la saison précédente des soldes. La pandémie de la Covid-19 aurait impacté indirectement sur les prix dans les secteurs du prêt-à-porter et du cuir et chaussures. D’ailleurs, l’une des vendeuses dans ladite boutique nous a déclaré que la saison des soldes estivaux cette année n’était pas réussie. Selon elle, peu de clientes sont intéressées par les offres et les réductions affichées par les boutiques sur certains articles. «Le propriétaire de la boutique a décidé de prolonger la période des soldes jusqu’au 7 septembre avec des réductions qui dépassent les 50% afin de sauver la saison. Dès le début des soldes, je n’ai pas remarqué une grande affluence de la clientèle. Avec l’impact de la pandémie sur les salaires dans les entreprises privées, les dépenses de l’été et bientôt celles de la rentrée solaire et universitaire, le Tunisien a du mal à joindre les deux bouts», nous explique la vendeuse. Cet avis de la vendeuse n’a pas été partagé par d’autres. Si cette boutique a été désertée et peu visitée par les clients, dans d’autres boutiques, situées dans les grands centres commerciaux, ce n’est pas le cas, car certains articles soldés et exposés à la vente avec des réductions importantes se sont écoulés comme des petits pains. «Ils nous reste uniquement quelques articles. Les soldes dans notre boutique prendront fin avec les dernières pièces ou paires de chaussures qui nous restent de l’ancienne collection. Nous avons également fixé la deuxième démarque à seulement 40%. Nous ne prévoyons pas des réductions de 70% sur nos articles. S’agissant de l’affluence de la clientèle, bien qu’elle soit relativement moyenne, je peux estimer que la saison des soldes est réussie pour cette saison. Nous touchons du bois», témoigne la responsable de la boutique.

Des articles toujours chers malgré les réductions

Nous avons quitté cette boutique et nous nous sommes dirigés vers un groupe de jeunes filles qui étaient en train de prendre une petite pause-café avant de poursuivre leur shopping dans le centre. Ce groupe, composé de quatre jeunes étudiantes venues pour profiter des soldes afin de renouveler leurs garde-robes, estime que les soldes cette année ne sont pas intéressants du point de vue rapport qualité/prix. L’une d’entre elles nous a expliqué que certains articles exposés sont non seulement démodés, puisqu’il s’agit de l’ancienne collection mais qu’ils sont également chers. «Franchement, ce n’est pas trop intéressant de remplir son dressing avec des pièces qui ne sont pas trop in et qui sont en plus trop chères. Les chaussures, les sacs, les pantalons… se vendent à des prix trop élevés malgré les réductions affichées! Du coup, nous avons décidé de boycotter les soldes et d’aller à la fripe afin de pouvoir démarrer l’année universitaire avec de nouvelles pièces achetées à prix abordable!», conclut Ameni, avant de nous quitter, avec sa bande d’amies pour poursuivre leur shopping.

  • Reportage | Soldes d’été : Le top départ est donné !

    L’effet «soldes», qui fait tourner plus les commerces et générer plus de cash, est un top …
Charger plus d'articles
Charger plus par Hela SAYADI
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire