Créé et composé par Mahdi Chakroun, chanté par Lobna Noomen, «El Walléda» est un conte musical et chanté qui nous fera voyager à travers des histoires et des voix de femmes. Avant-première le 15 mai à la Cité de la culture.

Rien d’étonnant de la part d’artistes comme Lobna Noomen et Mahdi Chakroun qui se sont toujours investis dans un travail d’archéologue sur les traces des vestiges anciens d’une mémoire orale, de s’engager dans un projet comme d’El Walléda.

Comme un legs, le chant des femmes se donne en héritage, de génération en génération… Ce chant se transmet comme un conte, comme un témoignage ou un cri de liberté. Et c’est vers ces voix-là que le tandem Mahdi Chakroun et Lobna Noomen  est  parti en expédition à travers les méandres de la mémoire, à la rencontre de femmes, de visages, de voix…

La rencontre de Lobna avec cet héritage lui fait remonter à la surface ses propres souvenirs d’enfant à Jbeniana, des souvenirs sonores qui accompagnaient les étapes de la vie, chaque moment, chaque instant… «A ma mère, à ma grand-mère, à mes tantes, à toutes ces femmes qui ont croisé mon chemin un moment donné de ma vie ;  je porterai  la voix.  Je peux me souvenir de l’intense bonheur que je vivais étant enfant, à Jbeniana, un bonheur pur et insouciant. L’éveil de mes sens sur tout ce qui m’entourait :  l’odeur du foin, la texture de l’argile, l’amertume des feuilles d’ oliviers, le murmure des mères chantant des berceuses, le ruissellement de  l’eau,  le hennissement  des chevaux, le rire des enfants, le souffle des femmes lors des récoltes et leurs pas lourds  à leur retour des champs… «El Walléda» est ce chemin entrepris à la rencontre de ce monde plein d’amour et d’abondance avec ses senteurs et ses sonorités, ses vibrations, ses  formes, ses couleurs, ses postures et ses gestuelles…», explique Lobna Noomen.

«Côté musique et conception ««El Walléda» est un cheminement vers un tout qui s’articule et s’imbrique comme un puzzle. L’écriture musicale et surtout dans les pièces du patrimoine se rend à la disposition de la matière récoltée, afin de ne pas dénaturer ce précieux héritage, et définit sa propre forme artistique au fur et à mesure de cette exploration. La richesse et la diversité que le spectacle propose dirigent le projet vers  la musique «Bédouine» dans une tentative de rendre palpable l’univers des anciens. La fusion des rythmes et la combinaison des duos, trios… distingueront cette proposition avec l’utilisation d’instruments traditionnels (Guembri, instruments à cordes, lutherie, percussion, Qraqeb, Bendir, Gasba…) en intégration avec un nouvel environnement sonore réalisé par le sound designer. A cette matière collectée, s’ajoutent des titres composés et originaux, dont la plupart sont signés Anis Chouchen, Wahid Ajmi, et Marouen El meddeb.»  Nous en parle Mahdi Chkaroun, et il ajoute : «Des variations à rythmicité singulière et une montée en crescendo suivent le fil conducteur dramaturgique de l’histoire, l’histoire chantée, l’histoire ressentie et l’histoire racontée transmise par la voix et la sensibilité de Lobna Noomen».

Ce voyage auquel Lobna Noomen  et Mahdi Chakroun nous invitent est à la fois initiatique et profane, il nous guide vers des chemins oubliés, que nous retrouvons grâce à une sonorité familière et nous fait découvrir ce que nous sommes par rapport à nos attaches et à nos élans.

El Walléda nous prend par la main et nous fait marcher sur les pas des voix des femmes, des femmes qui marchent, des femmes debout, qui prennent la parole, se racontent et racontent la vie…

Asma DRISSI

Charger plus d'articles
Charger plus par Asma DRISSI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire