Un exercice qui s’étale sur 13 mois à cause du Covid-19, deux grandes écoles du football tunisien ont été reléguées en Ligue 2, à savoir la JSK et le CSHL, alors qu’un néo-promu, le CS Chebba, s’est octroyé le rôle de trouble-fête. En Ligue 2, une autre grande école du football tunisien s’est écroulée. Nous avons nommé l’Avenir Sportif de La Marsa. 

C’est une fin de championnat plutôt exceptionnelle que nous avons vécue la semaine dernière. Il faut dire que l’exercice 2019-2020 est lui-même exceptionnel et pas seulement à l’échelle nationale. Une saison arrêtée en plein milieu au mois de mars pour ne reprendre qu’au début du mois d’août à cause de la pandémie du Covid-19 qui a mis à genoux la planète Terre et pas seulement le monde du football.

Chez nous, la FTF a décidé que la saison 2019-2020 aille jusqu’au bout. L’instance fédérale a dû se plier aux exigences des autorités sanitaires du pays et repoussé la reprise de la compétition au premier week end du mois d’août. Et une fois n’est pas coutume, la FTF a respecté cette fois-ci son calendrier bien que les pluies diluviennes qui se sont abattues sur les villes de Chebba et de Monastir lors du week end du 12-13 septembre ont poussé la LNFP à reporter les matches USM-EST et CSC-ASS comptant pour la 24e journée de la Ligue 1 au lundi 7 septembre. La 5e journée a été décalée, certes, de 24 heures, mais au final, l’exercice 2019-2020 a été clôturé à la date prévue, soit le dimanche 13 septembre 2020.

Respecter le calendrier comme il a été édité initialement, voilà une première dans la gestion du football tunisien des dernières années. Un bon point pour la FTF que nous devons au Covid-19 qui a réduit les marges de manœuvres des fédérations nationales dans le temps à cause d’un calendrier international qui s’annonce chargé dans les 12 mois à venir. Il est à noter que la saison 2019-2020 s’étalé sur 13 mois puisqu’elle se clôturera au mois courant avec la tenue de la finale de la Coupe de Tunisie (le 27 septembre à Monastir) et la Supercoupe de Tunisie (le 20 septembre). Une première !

Les grandes écoles s’écroulent

Habituellement, les néo-promus font le show au début de la saison puis, au fil des journées, ils apprennent à leurs dépens les aléas de la Ligue 1 et finissent par cumuler les contreperformances. Au meilleur des cas, ces néophytes de la Ligue 1 y passent une saison, deux tout au plus. Mais cette saison, ce qu’ont démontré l’Avenir Sportif de Soliman  et le Croissant Sportif Chebbien, qui a terminé à la 8ème place et joué au trouble-fête tout au long de la saison, prouve que le football se métamorphose sous nos cieux. Le football tunisien est désormais tributaire des moyens financiers des clubs plutôt que de leur historique. Le CS Chebba s’est doté des moyens de ses ambitions en s’octroyant entre autres les services du technicien français Bertrand Marchand. L’AS Soliman s’est doté également des moyens financiers et humains nécessaires pour jouer le rôle d’outsider.

L’arrivée de ces deux nouveaux acteurs de la Ligue 1 s’est accompagnée avec la chute vertigineuse de deux grandes écoles du football tunisien, la JSK et le CSHL. En ligue 2, l’AS Réjiche a marché sur les pas de l’AS Soliman et le CS Chebba pour accéder en Ligue 1 alors que l’Avenir Sportif de la Marsa, une autre grande école du football tunisien, est reléguée en Ligue 3, niveau 1.

Le suspense jusqu’au bout !

Autre enseignement à tirer de cette saison de tous les paradoxes. Le suspense a été maintenu jusqu’au bout. Mieux. Le CAB, vaincu à Tataouine, a profité des résultats enregistrés par le CSHL et la JSK, pour se maintenir en Ligue 1 en dépit de sa défaite. Le Stade Tunisien, qui aurait pu baisser la garde lors de l’ultime journée, a joué son va-tout et a battu le CSHL. A Kairouan, l’EST intronisée championne de Tunisie à trois journées de la fin de l’exercice, a tenu à rester invincible. La JSK en a payé le prix, même si elle devait gagner et attendre.

Bref, c’est une saison exceptionnelle que nous venons de vivre au niveau du championnat. Attendons ce que Dame Coupe nous réservera !

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire