La confiscation et la vente des biens mobiliers et immobiliers de l’ancien régime ont fait couler beaucoup d’encre. La liste comporte encore des biens intéressants à vendre au meilleur offrant, et ce, pour utiliser l’argent obtenu dans des projets d’intérêt général et national.

Les biens confisqués après la révolution de l’ancien régime sont d’une valeur importante se comptant pas des millions de dinars et des milliards. A travers El Karama Holding, l’Etat a procédé progressivement à la mise en vente de ces biens pour en tirer bénéfice dans l’intérêt général du pays. Parmi les biens immobiliers mis en vente, des palaces somptueux dont celui de Sidi Bou Saïd qui est construit selon les dernières conceptions architecturales. D’autres biens immobiliers éparpillés dans certaines zones sont également vendables, mais qui nécessitent de l’acheteur des fonds colossaux. Outre les hommes d’affaires tunisiens, plusieurs acheteurs potentiels des pays du Golfe ont manifesté leur intérêt pour ces biens.

Les confiscations concernent aussi des sociétés opérant dans divers domaines rentables comme l’immobilier, le tourisme, l’automobile et autres. La valeur de ces biens a été déterminée et on n’attend plus que les acheteurs potentiels qui seraient intéressés d’acquérir ces sociétés. Le but est que ces dernières soient maintenues en vie en améliorant leur rendement et leur performance pour qu’elles continuent à produire et à se positionner sur la scène économique internationale.

La transparence comme priorité

L’argent provenant des biens vendus et des équipements doivent, bien entendu, revenir au peuple dans le cadre d’un fonds mis en place à cet effet. En effet, chaque millime qui est obtenu suite à la vente de ces biens est la propriété du peuple tunisien qui est le seul habilité à exploiter ces ressources pour améliorer son quotidien dans le cadre de nouveaux projets répartis sur toutes les régions. Il est préférable de consommer l’argent obtenu dans le lancement de nouveaux projets productifs au lieu d’acheter des biens de consommation divers.

Parmi les biens confisqués, on peut citer aussi les automobiles qui avaient à l’époque leur valeur. Non entretenues, ces voitures risquent de perdre leur importance auprès du public. En fait, l’entretien et la maintenance des biens mobiles et immobiles sont plus que nécessaires. Les immeubles et palaces existants ont besoin d’une prise en charge au niveau de la propreté et des éventuelles réparations.  Et ces travaux exigent, évidemment, des fonds à mobiliser durant toute la période de vente pour éviter de baisser la valeur de ces biens.

Certains citoyens ont manifesté, récemment, leur volonté de suivre les ventes de ces biens par le Groupe précité et de connaître la destination de l’argent obtenu suite à ces ventes. La transparence est ainsi classée comme priorité dans cette procédure de vente et d’après-vente. Des responsables connus pour leur droiture et leur intégrité assurent la commercialisation de ces biens, mais le côté information reste un peu négligé dans la mesure où les détails relatifs aux ventes de ces biens ne parviennent pas toujours au citoyen qui utilise souvent le réseau d’Internet pour essayer de dénicher des informations à ce propos.

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri GHARBI
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire