Hier soir, Lassaad Chebbi et ses joueurs ont écrit en lettres d’or l’histoire de l’Union Sportive Monastirienne en offrant au club sa première Coupe de Tunisie.

Stade Mustapha-Ben Jannet. USM bat EST : 2-0. (1-0 à la mi-temps). Buts de Elyès Jelassi (40’) et Yassine Amri (80’). Arbitrage de Sadok Selmi.

USM : Ben Said, Machmoum, Sabbou, Arfaoui, Ben Romdhane, Orkuma (Hakim Tka 85’), Saghraoui, Jelassi, Houssem Tka, A. Amri (Y. Amri 71’) et Okpotu.

EST : Ben Chérifia, Derbali, Badrane, Yaakoubi, Chetti, Coulibaly, Bonsu (Mosrati 89’), Benguit (Ben Hammouda 59’), Ben Saha (Mimouni 59’), El Houni et Khénissi (Ouattara 59’).

« Une finale ça ne se joue pas, ça se gagne ». Les Espérantistes l’ont appris hier à leurs dépens. Le round d’observation n’a que trop duré et le jeu se concentra au milieu du terrain durant un peu plus d’une demi-heure de jeu. Il y a eu entre-temps quelques tentatives par-ici par-là, mais sans réel danger pour les défenses.

Le jeu s’accentua par la suite et les occasions sont devenues de plus en plus concrètes à l’instar de l’intervention du gardien usémiste Ben Said qui dégagea de la tête devant Khénissi (33’) ou encore le tir de la tête d’Okputa à côté des bois de Ben Chérifia (34’).

Sept minutes plus tard, la donna changea lorsque suite à une action offensive rapide, Ali Amri a vu son tir repoussé par Ben Chérifia dans un premier temps, Jelassi profita par la suite d’un mauvais placement de Yaakoubi pour adresser un tir puissant que Badrane n’a pu repousser et la balle de poursuivre sa trajectoire dans les filets d’un Ben Chérifia impuissant, car déjà à terre (40’).

Les Espérantistes ont beau essayer de se rattraper avant de rejoindre les vestiaires à la pause. En vain.

Yassine Amri, un but assassin !

De retour des vestiaires, il n’était plus question pour les « Sang et Or » de jouer la carte de la prudence mais d’opérer des actions offensives quand l’occasion se présentait. Il fallait jouer le tout pour le tout pour rattraper le retard et revenir dans le match.

Par ailleurs, la première action offensive de la deuxième mi-temps était espérantiste. Ben Saha se fait bousculer par Saghraoui en pleine surface de réparation, mais l’arbitre a laissé jouer (47’). Quelques minutes plus tard, Derbali centra pour Bonsu qui reprit la balle, mais Ben Said plongea et intercepta le ballon (56’).

Le coach « sang et or » ne se contenta pas de donner ses consignes de jouer l’attaque à outrance. Il opéra trois changements simultanés à la 59’ en faisant entrer Mimouni, Ben Hammouda et Ouattara à la place de Ben Saha, Benguit et Khénissi.

Malgré ces changements à connotation offensive opérés par Mouine Chaâbani, la défense « sang et or » a montré encore une fois ses limites : Ali Amir était à deux doigts de doubler la mise quand son tir croisé frôla le montant droit de la cage de Ben Chérifia (67’).

A la 76’, encore une action litigeuse en pleine surface de réparation quand Ouattara fut crocheté par Ben Romdhane. L’arbitre laissa jouer alors que les « Sang et Or » réclamaient un penalty.

Quelques minutes plus tard, encore une erreur de placement de la défense « sang et or » qui s’avéra fatale : Yassine Amri profita d’un flottement de la défense espérantiste pour doubler la mise grâce à un long coup franc bien botté (80’). C’était le coup de massue. Les Usémistes n’avaient qu’à gérer leur ascendant. Au coup de sifflet final, la bande à Lassaad Chebbi signa une victoire historique. En dominant cette finale, l’Union Sportive Monastirienne a remporté hier la Coupe de Tunisie pour la première fois de son histoire.

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire