Les œuvres des finalistes seront également présentées par Strauss & co lors d’une session spéciale dans leur vente aux enchères en ligne d’octobre. 

Les deux artistes tunisiennes, Emna Kahouaji et Dorra Mahjoubi, ont été retenues, avec 15 autres finalistes, pour le prix EPI de l’«Emerging Africain Art Galleries Association» (Association des galeries d’art africaines émergentes (Eaaga)).

Inauguré l’année dernière à Harare, au Zimbabwe, le prix, le premier du genre, est dédié à soutenir la peinture et les peintres émergents à travers le continent.

Cette année, le PEI a sélectionné 17 finalistes de 8 pays africains. En raison des restrictions de voyage à travers l’Afrique, l’édition 2020 se déroulera du 12 au 19 octobre 2020 en tant que projet d’exposition en ligne avec un programme de conférences, de visites virtuelles de studios et d’autres volets encore. Les lauréats seront annoncés le 19 octobre 2020 avec comme consécrations le premier prix parrainé par la principale maison de vente aux enchères sud-africaine Strauss & co et différents autres prix supplémentaires attribués avec le soutien des membres de l’Association des galeries d’art africaines émergentes.

Les œuvres des finalistes seront également présentées par Strauss & co lors d’une session spéciale dans leur vente aux enchères en ligne d’octobre qui s’ouvrira le 12 octobre et se clôturera à 20h00 le 19 du même mois.

«Alors que l’art africain contemporain a connu une évolution à l’échelle internationale, le développement des compétences et l’ intégration dans le monde de l’art international sont toujours un défi pour de nombreux jeunes peintres sur le continent», déclare Valerie Kabov, présidente de l’Eaaga et d’ajouter: «EPI entend contribuer à motiver, soutenir et développer les pratiques et les carrières des jeunes plasticiens africains. Soutenir les peintres émergents n’est pas seulement extrêmement important sur le plan culturel, il s’agit d’assurer la durabilité économique des secteurs artistiques locaux. EPI a été développé avec une vision holistique de l’art dans le continent ».

Les deux jeunes femmes retenues font partie de la jeune génération des artistes plasticiens tunisiens. Emna Kahouaji, née en 1991 à Kairouan, et Dorra Mahjoubi en 1990 à Tunis, toutes les deux ont étudié à l’Institut supérieur des Beaux-Arts de Tunis. La première se consacre entièrement à la peinture et a signé, après plusieurs expositions de groupe, sa première exposition personnelle «Azal» l’année dernière. La seconde, qui vit en France, est un  touche-à-tout, elle est peintre, poétesse, performeuse et commissaire d’exposition. Sa première exposition «La longueur d’un pas» fut abritée par la galerie parisienne La La lande en 2018. Elle a exposé en groupe dans différents lieux d’art en France, mais aussi en Tunisie.

Charger plus d'articles
Charger plus par Meysem MARROUKI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire