D’autres œuvres sont aussi à découvrir dans cette exposition, qui se poursuit jusqu’au 16 octobre 2020.

Kaïs Ben Farhat travaille en tant que photographe dans divers domaines et, notamment, pour des magazines et des institutions culturelles. Il s’est fait remarquer par des récits photographiques lyriques et allégoriques qui prennent pour départ des décors socioculturels. En plus des différentes expositions collectives auxquelles il a pris part, il a à son actif trois expositions personnelles : en 2011 à la Galerie Le Cap à Gammarth, en 2018 à la Maison de l’Image et en 2019 à l’espace Aire Libre d’El Teatro. L’artiste photographe Kaïs Ben Farhat expose actuellement à la galerie Aïn dans le cadre de l’exposition de groupe «Photographie contemporaine».

Il y présente trois clichés en noir et blanc tirés de séries de photos réalisées entre 2019 et 2020 où il pose son regard de photographe sur la faune urbaine. Coup de cœur pour «L’ombre de ton ombre» prise lors du confinement et dans laquelle se détache l’ombre d’un oiseau. «Vie de chien» tirée de sa série éponyme qui met en image des chiens errants rencontrés çà et là et «Solitude», un paysage rural dans lequel on aperçoit au coin un âne solitaire… «Ces trois titres me représentent et sont des projections de mes états d’âme et mes ressentis», nous explique l’artiste.

Sont à découvrir également dans cette exposition, qui se poursuit jusqu’au 16 octobre 2020, les œuvres de Kamel Agrebi, Mohamed-Hédi Ayeb, Inès Ben Youssef, Jalel Bessaad, Hamideddine Bouali, Najib Chouk, Ali Djerbi, Rachid Fakhfakh, Michel Gilberti, Abdelhamid Gmari, Helmi Jribi, Abderrazek Khechine, Amine Landolsi, Amel Maaloul, Banour Machfar et Mrad Ben Mahmoud. Nous y reviendrons.

Charger plus d'articles
Charger plus par Meysem MARROUKI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire